CVJR : le retour

03/06/2010
CVJR : le retour

La Commission « Vérité justice Réconciliation » (CVJR) a repris ses travaux jeudi après plus de sept mois d’interruption en lançant son site Web et un numéro d’appel gratuit.
« Je partage le sentiment exprimé par certains qui se demandent ce qu’a fait la Commission jusqu'à présent. Nous avons voulu rompre le silence pour dire qu’en réalité nous ne sommes pas inactifs », a déclaré Mgr Nicodème Barrigah-Benissan, président de la CVJR.
La CVJR, créée à l’initiative du président Faure Gnassingbé, doit faire la lumière sur les évènements violents survenus au Togo de 1958 à 2005.
Republicoftogo.com : On croyait la CVJR assoupie ?
Mgr Nicodème Barrigah-Benissan : Pas du tout. La preuve, nous avons mis en ligne notre site aujourd’hui et un numéro vert.
Internet est l’outil par excellence pour informer les populations au Togo et partout dans le monde.
Je précise que le site permettra, au moment des dépositions et à ceux qui sont à l’étranger, victimes ou témoins, de pouvoir nous faire parvenir leurs témoignages par email.
S’agissant du numéro d’appel gratuit, le 800 12 12, il est destiné a faire remonter les informations relatives au processus Vérité justice Réconciliation vers la CVJR.
Republicoftogo.com : On ne vous a pas beaucoup entendu ces derniers temps ?
Mgr Nicodème Barrigah-Benissan : Je dois d’être honnête avec vous. Je partage le sentiment exprimé par certains qui se demandent ce que fait la Commission. Autant nous nous sommes montrés au début de nos activités, autant nous avons gardé un certain silence qui n’est pas très compréhensible.
Nous avons voulu rompre le silence pour dire qu’en réalité nous ne sommes pas inactifs. Normalement dans le processus d’une commission de ce type, il y a trois à six mois qui sont consacrés à la phase préparatoire et cela ne devrait pas être comptabilisé dans la période opératoire.
Les gens ont l’impression que nous avons perdu toute une année à ne rien faire de concret. C’est inexact.
Nous avons dû mettre de côté, les activités spécifiques à la Commission pour nous consacrer au processus électoral, étant entendu que des élections dans un climat de violence, n’auraient certainement pas aidé les travaux de notre institution.
Les résultats sont là ! En sept mois, nous avons rencontré 48 fois les responsables des partis politiques, une vingtaine de fois ceux du HCDH.
24 réunions ont été organisées sur toute l’étendue du territoire pour appeler les uns et les autres à une élection pacifique.
Bref tout cela nous a pris du temps. Donc nous avons rompu le silence aujourd’hui pour faire comprendre aux gens ce qui a été fait et ce qui va être fait dans les semaines qui viennent.

Republicoftogo.com : Les togolais peuvent toujours compter sur la CVJR ?
Mgr Nicodème Barrigah-Benissan : Bien évidemment !
C’est vrai, il y a beaucoup d’interrogations et parfois de réserves à propos de notre mission.
Par exemple, est-ce que la Commission dispose d’assez de moyens financiers pour mener à bien sa mission ? La réponse est non. Les moyens promis font défaut ; nous avons à peine 25% du budget planifié, malgré la bonne volonté des uns et des autres.
Nous examinons avec l’Union européenne les moyens d’obtenir une aide complémentaire.
En dépit de ces difficultés, nous sommes déterminés à poursuivre notre action pour aller au terme de la mission qui nous a été confiée.

Le site de la CVJR

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les hommes qui savent aimer Valentine

Culture

La jeune chanteuse togolaise Valentine Alvares poursuit sa carrière à un rythme impressionnant. Elle vient de dévoiler son nouveau clip.

Tchanilé Banna radié à vie

Sport

L’ancien entraîneur des Eperviers, Tchanilé Banna, organisateur d’un match bidon au Bahreïn en septembre 2010, a été radié à vie par la FIFA.

Un univers musical sans frontières

Culture

Le franco-togolais Jer Ndoti donnera un concert vendredi à l'Institut Français du Togo. Un voyage dans l'univers du jazz et des musiques afri-cubaines.

Le Fonds PISCCA finance 9 projets

Coopération

Plusieurs initiatives locales contribuant à renforcer la société civile et à promouvoir les droits sociaux et économiques viennent de recevoir un coup de pouce.