Capitaliser les compétences

05/12/2014
Capitaliser les compétences

5000 volontaires depuis 2011

500 nouveaux volontaires ont prêté serment vendredi à Lomé. Ils effectueront des stages de formation rémunérés dans des entreprises publiques et privées, dans des ONG et au sein de l’administration nationale et locale. A la clé pour certains, un contrat d’embauche. Depuis son lancement en 2011, ce sont 5000 jeunes qui ont profité de cette opportunité.

Imaginée par le chef de l’Etat et mis en œuvre par la ministre du Développement à la base, Victoire Dogbé-Tomegah, cette idée connaît un succès au-delà des attentes. Elle véhicule une culture d’engagement civique et de valorisation sociale.

En 2014, l’Etat a alloué 3 milliards de Fca pour le fonctionnement du projet qui bénéficie de l’appui du PNUD, de France Volontaires et de l’organisation des volontaires des Nations Unies.

Selon l’ONU, le PROVONAT est l’un des rares exemples de réussite en Afrique et même au-delà.

La prestation de serment de cette 9e vague de volontaires s’est déroulée - ce n’est pas un hasard - vendredi, Journée mondiale du volontariat.

‘Le volontariat est un moyen de capitaliser les compétences et de consacrer la participation des citoyens pour la transformation structurelle et le développement du Togo’, a souligné Khardiata Lo Ndiaye, la représentant du PNUD à Lomé qui participait à la cérémonie.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Blitta va devenir un carrefour commercial

Développement

Dans 8 mois, les habitants de Blitta auront un nouveau marché. Une réalisation qui s'inscrit dans le cadre du PUDC.

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.