« Certains ont voulu changer le cours de l’histoire »

23/09/2010
« Certains ont voulu changer le cours de l’histoire »

Une prise d’armes s’est déroulée jeudi au Camp général Eyadema de Lomé pour marquer le 24e anniversaire de l’attaque terroriste du 23 septembre. Le président Faure Gnassingbé et plusieurs membres du gouvernement assistaient à la cérémonie.
Le chef d'Etat major général des Forces armées togolaises (FAT) Ayéva Essofa a rappelé les faits tragiques du 23 septembre 1986.
"Un groupe d'assaillants venus d'ailleurs ont voulu changer le cours de l'histoire politique de notre pays. N'eut été la clairvoyance et l'esprit militaire du feu général Eyadema, ces assaillants allaient atteindre leur but".
Ayéva Essofa a rendu un vibrant hommage à l’ancien chef de l’Etat (décédé en 2005) ainsi qu'à tous ceux qui ont perdu la vie lors de l’attaque.
"Votre combat n'a pas été vain, toute la Nation vous restera reconnaissante", a-t-il déclaré.
Le 23 septembre 1986, un commando d'opposants bien armés et infiltrés depuis le Ghana voisin avait pris d'assaut des points stratégiques de la capitale causant la mort de nombreux civils.
Principal objectif: éliminer physiquement Gnassingbé Eyadema pour prendre le pouvoir.
Mais grâce à la vigilance des Forces armées togolaises, ces "mercenaires" seront maîtrisés.
Cette agression entraînera l'intervention de l'armée française en vertu des accords de défense liant le Togo à la France.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Blitta va devenir un carrefour commercial

Développement

Dans 8 mois, les habitants de Blitta auront un nouveau marché. Une réalisation qui s'inscrit dans le cadre du PUDC.

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.