Colloque à Lomé sur élections et violences

27/05/2013
Colloque à Lomé sur élections et violences

Un colloque est organisé depuis lundi à l’Université sur un thème qui ne manquera pas d’intéresser le public: Comment endiguer les violences électorales dans les pays africains ? 

Trois jours au cours desquels chercheurs et historiens venus du Bénin, de Côte d’ivoire, du Congo Brazzaville, du Gabon et du Togo, notamment, tenteront de comprendre pourquoi les scrutins sont souvent entachés d’incidents plus ou moins graves. Les participants reviendront sur la difficile mise en place du processus démocratique au Togo dans les années 90.

« Les violences politiques sont devenues un problème récurrent dans les pays africains et il faut absolument les éviter parce qu’ils constituent un frein au développement et à la stabilité sociale et économique qui doivent être le socle de notre promotion en tant que pays en développement. Au Togo nous avons déjà fait des pas qui nous ont permis d’organiser des élections sans violences (en 2007 et en 2010, ndlr), ce qui permet d’envisager toutes les autres échéances électorales sans violences », a déclaré Nicoué Broohm, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, à l’ouverture du colloque.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les nouvelles tendances du tourisme mondial

Tourisme

Comme chaque année, le Togo sera présent au Salon IFTM Top Resa qui se déroule du 25 au 28 septembre à Paris.

Il est important de savoir d’où l’on vient

Diaspora

Diplômé de l’Ecole de diplomatie et de relations internationales de l’université Seton Hall,  Erick Agbleke vient de passer son été comme stagiaire à l’ambassade américaine à Lomé.

Aného : une nouvelle vie pour la ville tricentenaire ?

Culture

Dans une thèse de doctorat présentée récemment, un étudiant togolais propose d'injecter 700 millions dans la réhabilitation culturelle d'Aného.

Le Togo s'est débarrassé des CFC

Environnement

Le Togo est parvenu à se débarrasser presque totalement des CFC (chlorofluorocarbone), a annoncé André Johnson, le ministre de l’Environnement.