Conférence de l'APF à Lomé

15/03/2018
Conférence de l'APF à Lomé

Komi Selom Klassou (G) et Guillaume Soro jeudi à Lomé

Le Premier ministre Komi Selom Klassou a lancé jeudi à Lomé les travaux de la  Xe conférence des présidents d’Assemblées et de Sections de la région Afrique de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF).

Il avait à ses côtés Guillaume Soro, le président du Parlement de Côte d’Ivoire, Dama Dramani, le président de l’Assemblée nationale togolaise et son homologue du Sénégal, Mustapha Niasse.

Les participants doivent aborder les thématiques de la coopération interparlementaire entre Etats membres de l’APF. Ils évoqueront également situation politique et sociale dans l'espace francophone et examineront l’ordre du jour de la prochaine assemblée régionale Afrique (mai 2018 au Cap Vert).

Une dizaine de pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre sont représentés parmi lesquels le Benin, le Burkina Faso, le Burundi, le Cameroun, la Côte d’Ivoire et le Sénégal.

L’Assemblée parlementaire de la Francophonie adopte des résolutions sur des sujets intéressant la communauté francophone dans les domaines politique, économique, social et culturel.

Elle adopte également des avis et des recommandations destinés à la Conférence ministérielle de la Francophonie et au Conseil permanent de la Francophonie ainsi que des recommandations destinées aux chefs d’État et de gouvernement des pays ayant le français en partage.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Evala : clap de fin

Culture

Les luttes traditionnelles en pas Kabyè sont presque terminées. Faure Gnassingbé a assisté samedi aux ultimes rencontres.

Vous développez un projet structurant ?

Coopération

Des représentants togolais participeront du 17 au 19 septembre à Genève à la 2e conférence internationale des jeunes francophones (CJF).

26 pays représentés au prochain sommet de Lomé

Cédéao

La Cedeao et la Ceeac tiendront sommet le 30 juillet à Lomé pour discuter terrorisme et lutte contre la radicalisation. 

C'est bien, mais peut mieux faire

Uemoa

Les Etats membres de l’UEMOA doivent renforcer leurs capacités de mobilisation des recettes fiscales.