Crise à l'APMT : Tozoun calme le jeu

01/12/2008
Crise à l'APMT : Tozoun calme le jeu

Depuis quelques jours, l'Association professionnelle des magistrats du Togo (APMT) est agitée par une crise qui menace son existence. Une fronde oppose son président, Aboudou Assouma, à certains de ses membres en raison de ses récentes déclarations sur une justice gangrenée par la corruption.

Pour mettre fin aux tensions, le ministre de la Justice, Kokou Tozoun (photo), a publié samedi un communiqué invitant les protagonistes à la « sérénité et à l'apaisement ».Le communiqué indique que le gouvernement s'est réuni vendredi en comité restreint pour examiner la situation. Il souligne que les autorités ont lancé un programme national de modernisation de la justice qui vise à garantir l'indépendance de la magistrature, à renforcer la probité des acteurs de la justice et à en assurer l'accès égal à tous.

"Préalablement à la conception et à la mise en oeuvre de ce programme, un diagnostic établissant sans complaisance les difficultés et les maux dont souffre la justice a été élaboré. Il s'agit donc aujourd'hui de trouver des solutions idoines à ces difficultés", indique le document.

Le gouvernement invite, en outre, les médias au professionnalisme pour un traitement apaisé des informations de sorte à favoriser ce climat de sérénité.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Intégration technologique

Tech & Web

La Cédéao veut parvenir à l’intégration, y compris pour tout ce qui concerne le secteur des télécommunications, très porteur.

Au Maroc, Agadazi explique comment le Togo combat la pauvreté

Développement

Lutter contre la pauvreté est a priorité des priorités pour le gouvernement. De nombreuses initiatives ont vu le jour.

L'AIBA veut populariser la boxe au Togo

Sport

L’International boxing association (AIBA) a lancé vendredi l’année de la boxe en Afrique destinée à promouvoir cette discipline sur le continent.

Une justice en mouvement

Justice

Une étude réalisée par Afrobaromètre révèle que dans la plupart des pays africains, des obstacles majeurs entravent encore l'accès des citoyens à la justice.