Critiques de l'opposition parlementaire

25/11/2007
Critiques de l'opposition parlementaire

Les deux partis d'opposition représentés à l'Assemblée nationale ont dénoncé dimanche la manière dont s'est déroulée l'élection des sept membres du Bureau, tous issus du RPT, au pouvoir. L'UFC et le CAR ont expliqué que l'adoption vendredi dernier du règlement intérieur prévoyait qu'un qu'un groupe parlementaire "ne pouvait en aucun cas occuper deux postes successifs" (présidence et 1ère vice-présidence, ndlr) et que "le Bureau de l'Assemblée, les présidents des commissions et les bureaux des commissions seraient élus en s'efforçant de refléter la configuration politique de l'Assemblée nationale".

Selon ce règlement et d'après l'opposition, il était convenu que RPT obtienne la présidence de l'Assemblée, l'UFC la 1ère vice-présidence et le CAR la 2e vice-présidence. Pour ce qui concerne les deux postes de secrétariat parlementaire et de questeurs, il était également envisagé une sorte de partage entre les trois formations présentes à l'Assemblée.

Or, l'ensemble des postes est revenu au Rassemblement du Peuple Togolais.

Le RPT dispose de la majorité absolue à l'Assemblée nationale avec 50 sièges, contre 27 à l'UFC et 4 au CAR.

Le président du Togo, Faure Gnassingbé, poursuit ses consultations pour la nomination d'un nouveau Premier ministre et la formation du gouvernement.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Blitta va devenir un carrefour commercial

Développement

Dans 8 mois, les habitants de Blitta auront un nouveau marché. Une réalisation qui s'inscrit dans le cadre du PUDC.

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.