Cuisine électorale

10/11/2014
Cuisine électorale

L'ANC veut éviter de se faire déborder par ses concurrents

Le Comité d’action pour le renouveau (CAR) et l’Alliance des démocrates pour un développement intégral (ADDI), deux formations de l’opposition, ont proposé la semaine dernière de déposer une proposition de loi sur des réformes institutionnelles et constitutionnelles avant la tenue des élections présidentielles prévues en 2015.

L’ANC a indiqué lundi avoir eu la même idée. Curieux hasard. Mais ce que n’apprécie pas le parti de Jean-Pierre Fabre c’est la façon cavalière dont l’ADDI et le CAR ont annoncé leur initiative.

‘Je dois regretter que la manière dont cela s’est passée est un peu cavalière. Ils nous ont signalé ceci après leur conférence de presse’, a indiqué Eric Dupuy, l’un des responsables de l’ANC, ajoutant que les voix des députés ANC étaient indispensables pouf faire aboutir le projet.

Malgré cette ambiance peu cordiale, Eric Dupuy a précisé que des discussions allaient s’ouvrir dans l’après-midi pour évoquer le dépôt de la proposition et pour ‘harmoniser les points de vue’.

Le texte envisagé prévoit une limitation du mandat présidentiel à 2 termes de 5 ans et l’introduction d’un scrutin à 2 tours pour la présidentielle.

Un projet de loi en tout point similaire avec été massivement rejeté par les députés il y a quelques mois.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Blitta va devenir un carrefour commercial

Développement

Dans 8 mois, les habitants de Blitta auront un nouveau marché. Une réalisation qui s'inscrit dans le cadre du PUDC.

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.