Début du séminaire gouvernemental

02/08/2010
Début du séminaire gouvernemental

Un séminaire gouvernemental a débuté dimanche au Palais des congrès de Kara.
Les ministres ont planché sur la situation des droits de l'homme au Togo.
Un thème développé par Koffi Kounté, président de la Commission nationale des droits de l'homme (CNDH).
"Tout le monde note qu'aujourd'hui il y a une amélioration remarquable sur les question des droits de l’homme grâce à la volonté des acteurs politiques et du gouvernement », a déclaré le président de la CNDH.
Une inquiétude tout de même, 42% des détentions en 2009 ont été arbitraires, elles étaient de 27% en 2008.
"Il importe de réfléchir sur ces aspects pour trouver des solutions ce problème et à celle de la durée de la garde à vue", a encore indiqué Kofi Kounté qui a également abordé la question des relations de la CNDH avec les instances internationales de défense des droits de l'homme.
Pour le Premier ministre, Gilbert Houngbo (photo) ces échanges relatifs aux droits de l’homme doivent permettre de baliser le chemin qui permettra au Togo de passer le 6 octobre prochain à l'examen périodique universel de la Commission des droits de l’homme de l’Onu.
Le séminaire prendra fin mercredi avec un Conseil des ministres.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Eperviers sont motivés à bloc

Sport

Les Eperviers ont quitté Lomé vendredi matin pour Libreville Ils affronteront le 16 janvier la Côte d’Ivoire dans le cadre de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN).

Quatre malfaiteurs abattus par la police

Faits divers

Le groupe d’intervention rapide de la police a neutralisé jeudi un groupe de de braqueurs munis de fusils d’assaut de type AK47.

Démarche transparente

Sport

Pour connaître en direct la somme récoltée en faveur des Eperviers, le comité de mobilisation vient de lancer un site.

‘Notre rôle est de prévoir l’imprévisible’

Sport

Une large souscription publique a été lancée pour financer le parcours des Eperviers à la prochaine CAN. Certains protestent déjà.