« Dérives intolérables », selon la HAAC

28/08/2010
« Dérives intolérables », selon la HAAC

Le président de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC), Philipe Evégnon, qualifie de « dérives intolérables » les dérapages constatés récemment dans la presse privée.
Dans un communiqué publié vendredi, M. Evégnon relève que la « presse traverse une période agitée » au regard des procès en cascade contre plusieurs journaux.
Une situation que l’institution juge « extrêmement néfaste pour l’image du Togo et qui risque de compromettre le chantier de la réconciliation nationale en cours ».
« Cette situation trouble est la conséquence d’une brusque et inexplicable dégradation de l’exercice de la profession du journalisme au Togo », indique le communiqué.
« La suppression des peines privatives de libertés dans les textes et lois ne saurait justifier ces dérives intolérables », estime M. Evégnon.
« Les dérapages que nous vivons aujourd’hui sont d’une autre époque et indignes d’une presse qualifiée de florissante et de deux décennies d’âge ».
La HAAC condamne tous les comportements anti- professionnels.
La Haute autorité lance un appel à tous les professionnels pour qu’ils exercent leur métier dans le respect de la loi et de la morale en privilégiant le sentiment national au détriment des manipulations des vendeurs d’illusions.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Blitta va devenir un carrefour commercial

Développement

Dans 8 mois, les habitants de Blitta auront un nouveau marché. Une réalisation qui s'inscrit dans le cadre du PUDC.

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.