Des 'affamés intellectuels'

04/03/2014
Des 'affamés intellectuels'

Pour Agbéyomé Kodjo, le dirigeant du parti Obuts (opposition), ‘L’institution parlementaire est la seule au Togo capable de donner corps aux réformes politiques. Le chef de l’Etat a vu juste  en indiquant que les réformes doivent se faire à l’Assemblée’.

Il n’est pas le seul à partager le point de vue exprimé par le président Faure Gnassingbé dans son courrier adressé à Jean-Pierre Fabre, le leader de l’ANC.

Francis Ekon, de la Convergence patriotique panafricaine (CPP) trouve ‘tout à fait normal que les débats sur les réformes aient lieu au Parlement’.

Enfin, pour Nicolas Lawson du PRR, ‘ceux qui réclament un nouveau round de dialogue ne sont que des affamés intellectuels » car ‘ tout a déjà été discuté lors du CPDC révisé’.

Mais d’autres contestent le rôle souverain joué par l’Assemblée nationale.

C’est le cas d’Eric Dupuy, secrétaire à l’information de l’ANC, ce qui n’est pas à proprement parler une surprise.

‘L’Assemblée nationale telle que composée aujourd’hui avec 62 députés de la majorité présidentielle sur 91 pose problème. L’APG a prévu que les réformes se feraient de manière consensuelle et c’est la raison pour laquelle les signataires l’ont avalisé », a-t-il expliqué.

Sauf que l’Assemblée est l’expression de la représentation nationale, c’est à dire du peuple. A lui de décider.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.

Football apaisé

Sport

Des incidents ont émaillé plusieurs rencontre du championnat de première division. Les sanctions sont tombées jeudi.

30.000 spectateurs pour 20 ans de carrière

Culture

Vingt ans de carrière, ça se fête. King Papavi Mensah offrira à ses fans un concert géant le 30 avril au stade de Kégué.

La détermination du gouvernement ne s'érode pas

Environnement

Le gouvernement et ses partenaires vont mettre 90 milliards de Fcfa sur la table pour lutter contre l’érosion côtière qui fait des ravages.