Droits de l’homme : Faire preuve de bonne foi

13/12/2011
Droits de l’homme : Faire preuve de bonne foi

Nous évoquions lundi la publication par la Ligue togolaise des droits de l’homme (LTDH) de son rapport 2011 dans lequel elle note un «recul» des droits civils et politiques au Togo.

Un document à charge pour les autorités bien plus qu’une enquête impartiale.

Mardi, le gouvernement a officiellement réagi en publiant un communiqué dans lequel il dénonce les « amalgames auxquels la LTDH s’est livrée et qui ne servent pas la cause des droits de l’homme ».

Le texte exhorte toutes les organisations de défense des droits de l’homme « à faire œuvre utile et preuve de professionnalisme en jouant pleinement leur rôle avec bonne foi (…) » 

Voici le communiqué du gouvernement

La Ligue togolaise des droits de l’homme (LTDH) a rendu public hier 12 décembre, son rapport sur la situation des droits de l’homme au Togo en 2011. Le Gouvernement  a pris connaissance du document et tient à faire part de sa grande surprise et de sa profonde  indignation face aux informations erronées  et au bilan tendancieux que cette association dresse de la situation des droits de l’homme dans notre pays.

Le Gouvernement note que tout au long de son rapport, la LTDH a utilisé une démarche douteuse qui consiste à recenser  les actes criminels et délictueux enregistrés au cours de l’année et à les présenter comme des cas de violation des droits humains.

C’est ainsi que des cas de meurtres en séries qui ont fait l’objet d’enquêtes et dont les responsables présumés sont actuellement aux mains de la justice sont présentés comme des cas de violations des droits de l’homme. 

Par ailleurs, des  délits de droit commun tels que les abus de la liberté d’expression sont catalogués comme des cas violations des droits humains parce qu’ils ont fait l’objet de poursuites judiciaires.

Ces deux exemples parmi tant d’autres suffisent largement à mettre en relief le peu de sérieux et l’absence de professionnalisme qui ont caractérisé ce rapport de la LTDH.

Face aux amalgames auxquels la LTDH s’est livrée et qui ne servent pas la cause des droits de l’homme, le Gouvernement réitère sa détermination à  poursuivre la consolidation de l’Etat de droit au Togo et à œuvrer à la promotion  des libertés publiques et des droits fondamentaux de la personne humaine, comme il s’y est engagé en juin dernier à Genève dans le cadre de l’examen périodique universel. Il faut rappeler qu’à cette occasion, la communauté internationale a pris acte des progrès réalisés par le Togo en matière de protection des droits humains et a encouragé notre pays à poursuivre les efforts engagés.

Pour sa part, le Gouvernement  reste   ouvert à la critique constructive mais n’est en aucun cas  disposé à accepter que la noble cause des droits de l’homme soit instrumentalisée. 

Le Gouvernement exhorte à cet effet toutes les organisations de défense des droits de l’homme à faire œuvre utile et preuve de professionnalisme en jouant pleinement leur rôle avec bonne foi  pour la consolidation de l’Etat de droit au Togo.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Togolais veulent encore plus de débit

Tech & Web

L’édition 2016 du Forum national sur la Gouvernance de l’Internet (FGI) au Togo se déroule depuis mercredi à Lomé.

L’urgence n’attend pas

Développement

22 localités vont bénéficier d'équipements publics grâce au financement assuré par le Programme d’urgence de développement communautaire.

L'Allemagne appuie le système de santé

Santé

L'Allemagne va aider le Togo à améliorer sa stratégie de planification familiale et de promotion des droits sexuels et reproductifs.

Méningite : il n’y a pas de fatalité

Santé

La 13e  réunion annuelle sur la surveillance, la préparation et la réponse aux épidémies de méningite en Afrique s’est ouverte lundi à Lomé.