Edem Kodjo va parler croissance à Annecy

28/08/2008
Edem Kodjo va parler croissance à Annecy

Le ministre français de l'Agriculture Michel Barnier, l'ex-Premier ministre ivoirien Charles Konan Banny et d'autres acteurs européens et africains débattront de la croissance du continent noir de vendredi à dimanche dans la ville française d'Annecy (centre-est). La démocratie en Afrique, la gestion des ressources naturelles, ou encore la hausse des prix agricoles seront abordés lors de débats entre des dirigeants économiques et politiques, des universitaires et des responsables d'ONG, à l'occasion de la 8e conférence Europe-Afrique organisée par l'Institut Aspen France.

Charles Konan Banny, ancien gouverneur de la Banque centrale et des Etats d'Afrique de l'Ouest (BCEAO), et ancien premier ministre de Côte d'Ivoire (déc 2005 - mars 2007), animera une table ronde sur l'évolution culturelle et religieuse de l'Afrique vendredi soir.Michel Pébereau, président de la BNP Paribas, orchestrera un débat sur la diversification des acteurs du développement en Afrique dimanche matin.

Les anciens Premiers ministres du Burundi Adrien Sibomana (1988-1993), de Centrafrique Jean-Paul Ngoupande (1996-1997) et du Togo Edem Kodjo (1994-96 et 2005-06), le secrétaire d'Etat français à la francophonie Alain Joyandet, ou encore le PDG de BioMérieux, Alain Mérieux, participeront aux débats.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Blitta va devenir un carrefour commercial

Développement

Dans 8 mois, les habitants de Blitta auront un nouveau marché. Une réalisation qui s'inscrit dans le cadre du PUDC.

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.