Energies positives

03/09/2013
Energies positives

‘Etat de droit et prévention des conflits au Togo’. C’est le thème d’une rencontre organisée depuis lundi à Lomé par le ministère des Droits de l’homme, en collaboration avec le PNUD, l’Union européenne et le Kofi Annan International Peacekeeping and Training Centre.

L’objectif est de former une masse critique d’acteurs togolais dans le domaine de la gestion des conflits, explique Damien Mama, le représentant adjoint du PNUD au Togo.

Republicoftogo.com : Le Togo semble avoir atteint un seuil de maturité. Une réunion de ce genre est-elle bien utile ?

Damien Mama : Justement, le fait que le Togo ait réalisé des efforts, notamment en matière de réconciliation et de gestion des conflits, est une bonne raison de renforcer la capacité des uns et des autres pour éviter au pays de connaître les situations du passé. 

La société civile, les institutions de la République, les partis politiques disposent des capacités nécessaires pour poursuivre le dialogue. Les dynamiques conflictuelles doivent devenir des dynamiques positives pour la reconstruction. 

Photo : Kofi Annan, ancien secrétaire général des Nations Unies et président du Kofi Annan International Peacekeeping and Training Centre

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

UEMOA : le Sénégal remporte la coupe

Sport

Les Lions du Sénégal ont battu samedi par 1-0 les Aigles du Mali en finale de la 7e édition du tournoi de l'intégration de l'UEMOA.

Mobilité et développement

Diaspora

Plus d’un million de Togolais vivent à l’étranger. Leurs compétences et leur appui financier sont autant d'atouts pour contribuer au développement du pays.

Harmoniser le système d'indemnisation

Cédéao

Un automobiliste togolais circulant dans les pays de la Cédéao doit impérativement disposer d’une ‘carte brune’, le certificat international d’assurance.

L’aéroport de Lomé teste une alternative au GPS

Tech & Web

Un nouveau  système de positionnement par satellite baptisé ‘Galileo’ sera déployé d’ici 2020 dans les aéroports africains.