Fabre : « Il faut abandonner le projet de révision de la constitution »

18/06/2011
Fabre : « Il faut abandonner le projet de révision de la constitution »

Le leader de l’ANC (opposition), Jean-Pierre Fabre (photo), a invité samedi militants et sympathisants à manifester jeudi prochain pour réclamer l’abandon du projet de révision constitutionnelle.
Nul ne peut laisser le pouvoir installer un régime d’arbitraire au Togo », explique-t-il dans un entretien à republicoftogo.com.
 
Republicoftogo.com : Vous appelez à manifester jeudi or, il n’est pas sûr que les députés procèdent à la révision de la constitution.
 
Jean-Pierre Fabre : Il y a une amorce de mouvement de repli. On entend effectivement ici et là qu’il n’est plus question de modifier la constitution. Nous sommes sceptiques et nous attendons que le pouvoir dise de manière explicite qu’il retire ce projet c’est tout. Il y a une proposition de loi signée par 17 députés RPT et 6 de l’UFC. Il y a eu une séance de la Commission des lois de l’Assemblée et toute la procédure est bouclée pour faire voter cette loi. Grâce à nos pressions, la séance au cours de laquelle le vote devait intervenir a été reportée sine die.
 
Republicoftogo.com : Alors pourquoi manifester jeudi prochain ?
 
Jean-Pierre Fabre : La manifestation de jeudi aura bel et bien lieu, à moins qu’entre temps, le pouvoir recule et fasse retirer cette proposition de loi du circuit.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Blitta va devenir un carrefour commercial

Développement

Dans 8 mois, les habitants de Blitta auront un nouveau marché. Une réalisation qui s'inscrit dans le cadre du PUDC.

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.