Fabre peut-il conserver la présidence du groupe UFC ?

08/09/2010
Fabre peut-il conserver la présidence du groupe UFC ?

Le vote mardi à l’Assemblée de la ratification de l’Accord international sur le café a donné lieu à un nouveau conflit avec le groupe parlementaire UFC (opposition).
Les députés membres de ce parti n’ont pas été autorisés à lire une communication expliquant les raisons pour lesquelles ils votaient contre le projet.
Le président du Parlement, Abbas Bonfoh, a justifié son refus par le fait qu’il avait reçu une lettre du président de l’UFC lui demandant d’examiner le statut du député Jean-Pierre Fabre (photo), exclu du parti le 12 août dernier.
M. Bonfoh a indiqué que la Commission des présidents se pencherait sur cette question dans les prochains jours et déciderait alors si Jean-Pierre Fabre est en mesure de conserver son poste de président du groupe UFC.
Ce dernier a aussitôt réagi en précisant qu’il avait à son tour écrit à Abbas Bonfoh pour lui signifier qu’il bénéficiait du soutien de 20 députés UFC et qu’il n’était pas de la compétence du président de l’Assemblée de gérer cette affaire.
« J’ai obtenu la présidence du groupe UFC au terme d’une élection. Personne ne peut me démettre et encore moins une lettre envoyée par M. Oympio », a ajouté Jean-Pierre Fabre.
M. Fabre n’a plus remis les pieds au Parlement depuis mars 2010.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.

Football apaisé

Sport

Des incidents ont émaillé plusieurs rencontre du championnat de première division. Les sanctions sont tombées jeudi.

30.000 spectateurs pour 20 ans de carrière

Culture

Vingt ans de carrière, ça se fête. King Papavi Mensah offrira à ses fans un concert géant le 30 avril au stade de Kégué.

La détermination du gouvernement ne s'érode pas

Environnement

Le gouvernement et ses partenaires vont mettre 90 milliards de Fcfa sur la table pour lutter contre l’érosion côtière qui fait des ravages.