Fabre peut-il conserver la présidence du groupe UFC ?

08/09/2010
Fabre peut-il conserver la présidence du groupe UFC ?

Le vote mardi à l’Assemblée de la ratification de l’Accord international sur le café a donné lieu à un nouveau conflit avec le groupe parlementaire UFC (opposition).
Les députés membres de ce parti n’ont pas été autorisés à lire une communication expliquant les raisons pour lesquelles ils votaient contre le projet.
Le président du Parlement, Abbas Bonfoh, a justifié son refus par le fait qu’il avait reçu une lettre du président de l’UFC lui demandant d’examiner le statut du député Jean-Pierre Fabre (photo), exclu du parti le 12 août dernier.
M. Bonfoh a indiqué que la Commission des présidents se pencherait sur cette question dans les prochains jours et déciderait alors si Jean-Pierre Fabre est en mesure de conserver son poste de président du groupe UFC.
Ce dernier a aussitôt réagi en précisant qu’il avait à son tour écrit à Abbas Bonfoh pour lui signifier qu’il bénéficiait du soutien de 20 députés UFC et qu’il n’était pas de la compétence du président de l’Assemblée de gérer cette affaire.
« J’ai obtenu la présidence du groupe UFC au terme d’une élection. Personne ne peut me démettre et encore moins une lettre envoyée par M. Oympio », a ajouté Jean-Pierre Fabre.
M. Fabre n’a plus remis les pieds au Parlement depuis mars 2010.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Vous écoutez Radio Cédéao

Cédéao

L'organisation régionale va se doter d'un station de radio diffusant sur toute l'Afrique de l'Ouest.

Le nouveau code pénal fait bonne impression

Justice

Le Garde des Sceaux, Pius Agbétomey, a réceptionné mardi 2000 exemplaires du nouveau code pénal, don de l'UE.

Un nouveau rôle pour Djimon Hounsou

Culture

L'acteur Djimon Hounsou a été reçu par Faure Gnassingbé. Ils n'ont pas parlé filmograpgie, mais promotion du cinéma au Togo.

Clémence des juges

Justice

La justice a décidé de remettre en liberté une vingtaine de personnes interpellés et condamnés pour des actes de violence lors des récentes manifestations.