Fabre prêt à mourir en martyr

24/07/2010
Fabre prêt à mourir en martyr

Jean-Pierre Fabre, le leader du Frac, la coalition de petits partis d’opposition qui conteste toujours la réélection de Faure Gnassingbé, se verrait bien en martyr du Togo.
« Je suis prêt qu’on vienne me tuer », a-t-il affirmé samedi lors de la réunion hebdomadaire de ses sympathisants à la plage de Lomé.
Après avoir promis depuis le 4 mars dernier que la prise du pouvoir n’était qu’une question de jour, Fabre a assuré que cette fois c’était la bonne. « Notre prise de pouvoir est très proche ! », a lancé le député du Frac ajoutant « Nous prêtons serment et jurons devant vous, que le découragement ne doit plus s’emparer de personne, car notre victoire nous l’avons déjà. Je dois vous préciser que le découragement n’est pas dans ma nature et mes objectifs sont toujours atteints ».
Egalement présent à cette manif hebdomadaire, Agbéyomé Kodjo, désormais sans parti depuis la dissolution d’Obuts par la justice.
L’ancien Premier ministre du général Eyadema a déclaré qu’il n’y avait plus « de circonstance atténuante pour Faure Gnassingbé de rester pour longtemps au pouvoir. Dans deux mois, le pouvoir lui sera arraché et remis à Jean-Pierre Fabre ».
M. Kodjo a toutefois omis d’indiquer le jour et l’heure …

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Police citoyenne

Coopération

Les bonnes pratiques en matière policière mettent du temps à s’acquérir. L'UE assiste les fonctionnaires leur permettant de bénéficier d'une formation continue.

Corridor à risques pour les enfants

Coopération

L'UE veut protéger les enfants migrants le long du corridor Abidjan-Lagos. Le Togo est directement concerné. 

L'humain au coeur de l'action

Développement

Depuis près de 40 ans, le Togolais Julien Nyuiadzi consacre son énergie au développement agricole de son pays en plaçant l’humain au cœur de ses actions. 

Libération de sept des huit étudiants de l'UL

Justice

La justice a ordonné lundi soir la libération de sept des huit étudiants détenus depuis la semaine dernière à la suite de manifestations sur le campus de l'université de Lomé.