Feu vert pour les femmes en rouge

20/12/2012
Feu vert pour les femmes en rouge

Le ministre de l’Administration territoriale, Gilbert Bawara, a donné son accord pour que la marche des sympathisantes du Collectif d’opposition « Sauvons le Togo » (CST) passe jeudi par le grand carrefour commercial Déckon en direction de la plage de Lomé.

« Quand un cortège se contente de passer par Déckon, pas de problème ; en revanche, le point de chute des manifestations doit être ailleurs afin de ne pas gêner l’activité commerciale », a expliqué le ministre.

Les femmes en rouge CST entend protester contre « la non assistance aux femmes et aux enfants des victimes de la torture, fustiger la manipulation et l’instrumentalisation des associations féminines, exiger l’application sans délai des mesures visant à l’apaisement des tensions sociopolitiques au Togo et à l’assainissement du climat politique de manière à favoriser l’adoption et la mise en œuvre consensuelles des réformes politiques nécessaires à l’organisation d’élections véritablement transparentes et démocratiques ». 

Créé il y a 7 mois, le CST - un rassemblement de petits partis politiques et d’organisations hostiles au pouvoir – organise des manifestations à répétition, mais il a toujours refusé le dialogue proposé par le gouvernement.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Région Maritime : programme d’électrification

Coopération

L'UE finance le réseau d'accès à l'eau potable dans 28 communes de la périphérie de Lomé. Elle s'attaque maintenant à l'électrification.

Une médiathèque nouvelle génération

Culture

La médiathèque de l'Institut Français du Togo ouvrira ses portes au public le 8 septembre 2015. Les nouvelles technologies au service de la culture.

Les pompiers du foot dépêchés à Lomé

Sport

Une délégation de la FIFA est arrivée à Lomé pour tenter de mettre un peu d’ordre dans les affaires de la Fédération togolaise de football (FTF).

Applications innovantes pour mobinautes togolais

Tech & Web

L’Afrique est de plus en plus accro aux applis. Une majorité d’Africains disposant d’un smartphone ressent le besoin de se connecter au Web plusieurs fois par jour.