François Boko récidive

09/02/2010
François Boko récidive

Depuis cinq ans François Boko (médaillon) avait disparu de la scène togolaise : il était devenu avocat à Paris. On se souvient qu’il y a cinq ans à l’avant-veille de l’élection présidentielle au Togo, François Boko, alors ministre de l’Intérieur, démissionna dans la nuit pour tenter d’empêcher la tenue du scrutin.
Il espérait alors être suivi par l’armée. Mais son acte resta isolé.
Voici qu’aujourd’hui, il récidive en organisant à Paris ce mardi une réunion des candidats de l’opposition réunion à laquelle participera également le franco-togolais Koffi Yamgnane.
Ces différents candidats n’ont pas réussi à s’entendre à Lomé. François Boko espère leur faire adopter une attitude solidaire à Paris.
Parmi les propositions de Boko une suggestion comparable à son geste d’il y a cinq ans : demander à tous les candidats de se retirer de la compétition si le scrutin n’est pas reporté. Suggestion fort peu originale puis qu’elle est présentée par toutes les oppositions africaines à la veille des élections.
On se demande quelle attitude adoptera le Quai d’Orsay qui tolère sur le territoire français un tel meeting. Que se passerait-il si demain Besancenot, Strauss-Kahn, Martine Aubry et Villepin réunis se rassemblaient à Lomé pour traiter des élections françaises ?

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Evala : clap de fin

Culture

Les luttes traditionnelles en pas Kabyè sont presque terminées. Faure Gnassingbé a assisté samedi aux ultimes rencontres.

En pointe dans l'urgence

Santé

Le Togo dispose depuis quelques semaines à l'hôpital d'Atakpamé d'une unité de traumatologie de pointe. Un film vient d'être réalisé sur ce projet mené avec Israël.

Vous développez un projet structurant ?

Coopération

Des représentants togolais participeront du 17 au 19 septembre à Genève à la 2e conférence internationale des jeunes francophones (CJF).

26 pays représentés au prochain sommet de Lomé

Cédéao

La Cedeao et la Ceeac tiendront sommet le 30 juillet à Lomé pour discuter terrorisme et lutte contre la radicalisation.