Frontière Ghana-Togo : un argument de campagne ?

15/12/2008
Frontière Ghana-Togo : un argument de campagne ?

Les autorités ghanéennes envisagent de fermer la frontière avec le Togo trois jours avant la tenue du second tour de l'élection présidentielle prévue le 28 décembre. C'est ce qu'indique lundi The Democrat, publié à Accra. Selon le journal une réunion de sécurité s'est déroulée il y a quelques jours pour évoquer le sujet. Certains participants ont estimé qu'une fermeture la veille du scrutin était suffisante pour garantir la sécurité.

Toujours selon The Democrat, Accra a envoyé une délégation à Lomé pour convaincre les responsables du ministère de l'Intérieur de fermer eux aussi leur frontière le 25 décembre. Mais, explique le journal, le président Faure Gnassingbé n'y est pas favorable estimant que cette décision priverait de nombreux Ghanéens frontaliers d'exercer leur devoir civique le 28 décembre.Aucune confirmation officielle n'a pu être obtenue à Accra.

The Democrat est un soutien actif du NDC (opposition) et en pleine campagne électorale, cette information -peut être une fausse nouvelle- pourrait être utilisée pour discréditer le NPP (au pouvoir).

Le candidat du parti au pouvoir, Nana Akufo-Addo, est arrivé en tête au premier tour de l'élection présidentielle mais n'a pas obtenu de majorité absolue ce qui rend nécessaire la tenue d'un second tour.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.

Football apaisé

Sport

Des incidents ont émaillé plusieurs rencontre du championnat de première division. Les sanctions sont tombées jeudi.

30.000 spectateurs pour 20 ans de carrière

Culture

Vingt ans de carrière, ça se fête. King Papavi Mensah offrira à ses fans un concert géant le 30 avril au stade de Kégué.

La détermination du gouvernement ne s'érode pas

Environnement

Le gouvernement et ses partenaires vont mettre 90 milliards de Fcfa sur la table pour lutter contre l’érosion côtière qui fait des ravages.