Fusillade de Pâques

13/04/2009
Fusillade de Pâques

Le domicile du Kpatcha Gnassingbé, frère du président du Togo, Faure Gnassingbé, a été le théâtre dans la nuit de dimanche à lundi d'échanges de tirs nourris entre les forces de l'ordre et la garde rapprochée du député de Kara.

Lundi, le procureur de la république, Robert Bakaï, a apporté des précisions indiquant qu'une enquête avait été ouverte récemment pour atteinte à la sûreté de l'Etat et que des vérifications étaient en cours. « Les principales personnes soupçonnées faisaient l'objet d'une surveillance », indique le communiqué.« Des services étrangers ont informé leurs homologues du Togo de l'imminence d'un évènement et de la gravité des actions qui se préparaient à quelques heures du départ du président de la république pour une mission à l'étranger », souligne le même communiqué.

Sur réquisition du Parquet, il a donc été décidé d'interpeller les « présumés comploteurs ».

La justice souhaitait entendre certains proches de Kpatcha qui se trouvaient justement lundi soir à son domicile.

A l'arrivée des forces de défense à la villa de Kégué, les gardes de Kpatcha Gnassingbé ont ouvert le feu provoquant la fusillade.

5 officiers et plusieurs civils ont été interpellés et une enquête a été ouverte sur les incidents de la nuit. L'autre investigation ,relative à une opération visant à porter atteinte à la sûreté de l'Etat, se poursuit.

Kpatcha Gnassingbé, ancien directeur général de la société d'administration de la Zone franche, est député RPT (au pouvoir) de Kara (nord Togo).

En photo : Kpatcha Gnassingbé

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Le Togo se mobilise en faveur des sinistrés

Cédéao

Faure Gnassingbé a effectué jeudi une visite de quelques heures en Sierra-Leone pour évaluer l’ampleur des dégâts.

PPAAO : nouvel appui de la Banque mondiale

Coopération

La Banque mondiale a accordé un financement additionnel pour l'amélioration de la productivité agricole au Togo.

L'heure est à la clarification

Social

Les employeurs rechignent à offrir à leur personnel une protection sociale digne de ce nom. Pourtant les textes sont précis.

Fraude avérée selon la FTF

Sport

En mai dernier, un match de D1 opposant Gbikinti de Bassar et Maranatha s’était soldé sur un score de 11 à 0 !