Gilbert Bawara ' Il n'a jamais été question d'abandonner Succes'

25/04/2015
Gilbert Bawara ' Il n'a jamais été question d'abandonner Succes'

Gilbert Bawara

Les cinq candidats à l’élection présidentielle se sont mis d’accord dans la nuit de vendredi à samedi sur l’utilisation par la Commission électorale du logiciel ‘Succes’ pour la transmission et le traitement des résultats. Un document formalisant le consensus a été signé.

Or, depuis ce matin, le candidat de l’ANC, Jean-Pierre Fabre, affirme à qui veut bien l'entendre que Succes a été purement et simplement abandonné. Ce qui est faux.

Dans l’après-midi, Gilbert Bawara, le ministre de l’Administration territoriale s’est voulu très clair sur la question : ‘Le communiqué final signé par toutes les parties prenantes y compris l’ANC, est sans équivoque et sans ambigüité quelconque. En aucun endroit il n’est fait cas de la suppression du mode Succes. Toutes les dispositions prises par la Céni sont intégralement préservées. En revanche pour donner des gages supplémentaires de fiabilité et de sécurité, il a été décidé de mettre en place un comité d’accompagnement auprès de la Céni et de préciser que ce sont les procès verbaux de résultats vérifiés par la Céni qui font foi’.

M. Bawara s’est dit surpris par les déclarations du candidat de l’ANC : ‘Quand on participe à une négociation et que l’on signe un communiqué d’accord, comment peut-on tenir des propos totalement contraires quelques heures plus tard’.

Pour le ministre de l’Administration territoriale, c’est très inquiétant car cela donne un mauvais signe sur un comportement qu’on l’on pourrait observer lorsque les résultats seront proclamés.

Sur le processus électoral à proprement parler, M. Bawara a indiqué qu’il se déroulait normalement. Certains bureaux de vote ont ouvert tardivement, a-t-il noté sans remettre en cause le vote.

Aucun incident n’était à signaler à la mi-journée, a précisé le ministre de la Sécurité Yark Damehane. Les 8.000 hommes de la Fosep assurent la sécurité du scrutin.

Les bureaux ont fermé leurs portes à 16h (GMT).

_________

A propos de Succes

Le Système Unifié de Collecte et de Centralisation pour les Elections et les Statistiques (Succes) est une plateforme de collecte de résultats électoraux partiels et d'indicateurs de suivi du scrutin. 

Cette technologie permet le contrôle de chaque étape du processus du vote ainsi que le comptage des votes de chaque bureau de vote en toute sécurité. Ce dispositif vient en appui à la compilation des procès-verbaux version papier. Et donc les résultats électroniques peuvent à tout moment être comparés aux résultats physiques du vote.

En effet, Succes ne remplace pas les dispositions du Code électoral, mais de tirer un meilleur profit des nouvelles technologies pour la transmission et la gestion des résultats du scrutin. Il permet à la Céni d’être informée, pendant les opérations de vote, de tout dysfonctionnement dans les bureaux (problèmes matériels, humains, sécuritaires et autres), afin d’y apporter des correctifs le plus rapidement possible.

Enfin, Succes donne à la Céni la possibilité d’être informée en temps réel sur les taux de participation et donc de manière générale de sécuriser l’ensemble du processus. 

Enfin, le recours à ce dispositif devrait accélérer la publication des résultats provisoires avant leur validation par la Cour Constitutionnelle.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

La mode africaine en vedette à Denver

Culture

The African Fashion Show aura lieu ce dimanche à Denver (Colorado). Six designers africains sont attendus parmi lesquels un Togolais.

Police citoyenne

Coopération

Les bonnes pratiques en matière policière mettent du temps à s’acquérir. L'UE assiste les fonctionnaires leur permettant de bénéficier d'une formation continue.

Vision sociale

Développement

Le succès de la politique gouvernementale passe par les programmes sociaux. Le PUDC en est un.

Faire face avec détermination aux défis sécuritaires

Cédéao

Mohamed Ibn Chambas, le représentant spécial des Nations unies pour l'Afrique de l'Ouest , a été reçu jeudi par Faure Gnassingbé.