Gnama Latta : « Notre devoir était d’agir »

13/06/2012
Gnama Latta : « Notre devoir était d’agir »

Les forces de police et de gendarmerie sont intervenues mercredi pour déloger les manifestants installés au carrefour Dekon depuis la veille. Dans un entretien accordé à republicoftogo.com, le ministre de la Sécurité, Gnama Latta (photo), explique les raisons pour lesquelles il a été décidé de mettre fin à la manifestation.

Rien de politique, mais le souci d’éviter les pillages, des morts et des blessés.

M. Latta regrette qu’en dépit des assurances données par le collectif pour une manifestation pacifique, il s’est finalement montré incapable de contenir ses troupes.

Republicoftogo.com: Pourquoi la police a-t-elle décidé de mettre fin mercredi au rassemblement organisé par « Sauvons le Togo » ?

Gnama Latta: Le collectif nous a adressé une demande de manifestation avec un itinéraire allant de Gagboto au carrefour Dékon. 

Nous avons eu une séance de travail avec ses responsables au cours de laquelle il a été clairement expliqué que le rassemblement devait se dérouler dans le calme, de façon pacifique. J’ai exprimé mon inquiétude concernant le point de chute du cortège en raison de la présence de nombreux commerces et d’un trafic automobile intense.

Nous avons reçu de ce collectif toutes les assurances.

Quelle n'a pas été notre surprise quand, dès mardi, le directeur général de « Mèche Amina » m’a téléphoné pour m’alerter sur des manifestants faisait mouvement vers son entreprise pour se livrer à de la casse.

J’ai ensuite été informé que des jeunes étaient jetaient des pierres sur les forces de l’ordre qui se contentaient simplement d’encadre la manifestation.

J'ai immédiatement informé le président du collectif pour lui faire part de ces évènements. Mais les attaques contre la police et la gendarmerie ont continué de plus belle.

Résultat, 22 policiers et 9 gendarmes blessés, 3 véhicules caillassés, sans oublier des conducteurs de taxi moto et des commerçants violentés et contraints par la force de cesser leurs activités. De plus dans des quartiers comme Bè et Akodessewa, des jeunes ont érigé des barrages empêchant toute circulation et rançonnant les passants.

Republicoftogo.com: Les forces de l'ordre ont donc répondu aux provocations ?

Gnama Latta: Nous n'avons pas répondu à cette violence, nous avons juste essayé de ramener le calme et l'ordre. La preuve ils sont restés au carrefour Dékon toute la nuit de mardi sans être inquiétés. 

Ce matin, de façon délibéré, un communiqué mensonger a été lu aux manifestants pour leur faire croire que les personnes interpelées la veille étaient gardés dans le marché d'Adawlato. Or, ils étaient à la gendarmerie et à la DPJ.

Ce stratagème avait pour but d’inciter les manifestants à converger vers le marché pour se livrer à des pillages. Des jeunes armés de gourdins avaient déjà pris la direction du marché.

Nous avons décidé de mettre fin à tout cela et d’intervenir. Nous ne voulons plus de victimes et de blessés dans ce pays. Il fallait donc agir à temps avant qu’il ne soit trop tard.

Republicoftogo.com: Mais il y a quand même eu des blessés lors de l’intervention des forces de l’ordre

Gnama Latta: Dans les rangs de forces de l'ordre oui, il y en a eu. Je n'ai pas connaissance de blessés graves parmi les manifestants. 

Le rapport qui m'a été adressé indique qu'il y a eu 17 blessés légers. Le secrétaire général de Ligue togolaise des droits de l'homme qui avait été interpelé, a été relâché.   

J'ai donné l'ordre de le libérer sur le champ, c'est ce qui a été fait.

Republicoftogo.com : Le collectif affirme que les forces de l'ordre ont tiré sur les manifestants réfugiés dans l'église à Amoutivé, vous confirmez ?

Gnama Latta: Je suis croyant, je ne donnerais jamais l'ordre de tirer dans une église et personne n'a donné cet ordre 

Selon le rapport à ma disposition, les lacrymogènes  ont été tirés assez loin de l'église et c'est le vent qui a ramené le gaz vers le lieu de culte.

Republicoftogo.com: Le collectif affirme aussi que le gouvernement a fait infiltrer la manifestation pour semer les troubles

Gnama Latta: Que le collectif apporte les preuves de ce qu’il affirme. Tout cela est absurde.

Republicoftogo.com: Quel sort sera réservé aux manifestants interpelés ?

Gnama Latta: Nous sommes chargés du maintien de l’ordre. Notre mission s’arrête là. C’est désormais à la justice de faire son travail.

Voici le communiqué du gouvernement 

___________________________________ 

Le groupe des associations et des partis politiques dénommé « Collectif Sauvons le Togo » a lancé à compter d’hier 12 juin 2012, une série de manifestations publiques à Lomé devant s’étaler sur trois (03) jours. 

Dès qu’elles ont été saisies de la déclaration desdites manifestations, les autorités compétentes ont attiré l’attention des organisateurs sur la nécessité de sensibiliser les manifestants en vue d’assurer le respect des textes régissant les manifestations publiques au Togo, et d’éviter ainsi tout débordement préjudiciable à l’ordre public et à la sécurité des personnes et des biens. 

Malheureusement, il a été donné de constater que les manifestations d’hier ont été émaillées par une série de dérapages, notamment des agressions verbales et physiques sur des commerçants, des vols et voies de fait sur les passants et les automobilistes, ainsi que des entraves à la liberté de circulation. 

Grâce à l’intervention des forces de sécurité, l’ordre et la quiétude ont été rétablis.

L’on déplore toutefois 22 blessés au sein des forces de l’ordre et également 17 blessés dans les rangs des manifestants.

Le Gouvernement tient à rappeler à tous les organisateurs des manifestations sur la voie publique, qu’il est de leur devoir de contribuer à l’ancrage des libertés au Togo en respectant et en faisant respecter l’ordre public et la sécurité des biens et des personnes. 

Le Gouvernement saisit l’occasion pour réaffirmer son profond attachement à la promotion de l’Etat de droit qui impose à chaque citoyen des droits, mais aussi des devoirs.

A cet effet, le Gouvernement a demandé au ministre de la sécurité et de la protection civile de prendre des mesures additionnelles pour assurer la sécurité des biens et des personnes, ainsi que la liberté de circuler.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Coopération agricole avec Israël

Cédéao

Le ministre de l’Agriculture, Ouro-Koura Agadazi, effectue depuis lundi une visite de travail en Israël.

Echange de bons procédés

Union Africaine

Les grandes manœuvres ont débuté pour l’obtention des postes de prestige à l’Union africaine.

Les inégalités entre les genres coûtent une fortune à l'Afrique

Développement

L’édition 2016 du rapport sur le développement humain en Afrique, réalisé par le PNUD, a été présentée lundi à Lomé.

L'engagement des Togolais de l'extérieur

Diaspora

Un membre de la Diaspora a annoncé son intention de créer une institution de micro finance pour venir en aide aux plus démunis.