Gnofam révolutionne la fonction publique

31/03/2010
 Gnofam révolutionne la fonction publique

L’administration doit être aussi attrayante que le secteur privé et attirer ainsi de nouvelles compétences. C’est l’espoir de Ninsao Gnofam, le ministre Fonction publique et des Réformes administratives, qui dirige depuis près de trois ans le grand chantier de la réforme.
Republicoftogo.com : Dans quel état se trouve la fonction publique ?
Ninsao Gnofam : Elle se porte mieux, en tout cas bien mieux qu’auparavant, mais on revient de loin.
Dès son arrivée aux affaires en 2005, le chef de l’Etat s’est engagé à apporter des changements en profondeur dans l’administration.
Priorité, redonner de l’efficacité après plus d’une décennie de léthargie et un effectif trop peu nombreux et mal formé ou pas formé du tout. Un recensement sera d’ailleurs lancé cette année pour connaître exactement le niveau de qualification des uns et des autres.
En cinq ans, le nombre d’agents de l’Etat est passé de 23.000 à 37.000. C’est un effort considérable.
L’autre volet concerne celui de la modernisation ; un processus qui a débuté l’année dernière. Le cadre juridique a été révisé et un projet de loi sera adopté très bientôt par le gouvernement.
Les mesures comprennent le nouveau statut de la fonction publique, un système de protection sociale qui actuellement n’existe , et la réforme des pensions
Cette modernisation concerne aussi les ministères. Avec l’appui de nos partenaires internationaux, nous avons réalisé des audits stratégiques et organisationnels de sept ministères et institutions de l’Etat et nous allons poursuivre pour l’ensemble des départements dans les mois qui viennent.
Republicoftogo.com : Pouvez-vous nous donner des exemples concrets ?
Ninsao Gnofam : Un Intranet est en cours d’installation entre la Primature et l’ensemble des ministères. La communication sera accélérée. Le grand public pourra lui se connecter aux services publics via un certain nombre de sites et y consulter l’information officielle ou télécharger des documents administratifs.
Republicoftogo.com : Malgré ces efforts, le moral n’est toujours pas au beau fixe chez les fonctionnaires
Ninsao Gnofam : C’est vrai et cela s’explique par le fait que le pays a traversé une période de vide où il n’y avait plus de contrôle ; bref, les fonctionnaires ont tout simplement perdu le réflexe du travail.
Il faut donc que l’Etat réaffirme son autorité.
Je dis aux fonctionnaires que la reconstruction du Togo ne va pas se faire d’un coup de baguette magique. Il faut que chacun y mette de la volonté.
Pendant que l’Etat travaille d’arrache pied pour trouver des solutions permettant la relance économique et la création d’emplois, on ne peut pas accepter que l’administration reste les bras croisés.
Ceux qui ne l’entendent pas ainsi seront sanctionnés.
C’est d’autant mois acceptable que d’ici quelques années, les fonctionnaires auront les mêmes niveaux de rémunération que dans le secteur privé.
Republicoftogo.com : Vous allez donc faire la police chez les fonctionnaires ?
Ninsao Gnofam : Non, mais nous allons effectuer des contrôles pour s’assurer que chacun est à son poste et travaille.
Republicoftogo.com : Vos qualités sont reconnues et votre réforme saluée. Une assurance pour conserver ce poste dans le prochain gouvernement ?
Ninsao Gnofam : Je fais mon boulot dans le cadre de la mission qui m’a été confiée, un point c’est tout.
Pour le reste, c’est une décision qui relève de la seule responsabilité du chef de l’Etat et du Premier ministre.
A eux d’apprécier et de décider.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Le Togo se mobilise en faveur des sinistrés

Cédéao

Faure Gnassingbé a effectué jeudi une visite de quelques heures en Sierra-Leone pour évaluer l’ampleur des dégâts.

PPAAO : nouvel appui de la Banque mondiale

Coopération

La Banque mondiale a accordé un financement additionnel pour l'amélioration de la productivité agricole au Togo.

L'heure est à la clarification

Social

Les employeurs rechignent à offrir à leur personnel une protection sociale digne de ce nom. Pourtant les textes sont précis.

Fraude avérée selon la FTF

Sport

En mai dernier, un match de D1 opposant Gbikinti de Bassar et Maranatha s’était soldé sur un score de 11 à 0 !