Gouvernance environnementale

10/06/2013
Gouvernance environnementale

Faire de l’évaluation environnementale un outil de prévention et gestion des catastrophes, c’est l’ambition des participants au 18e Colloque international du SIFEE, qui s’est ouvert lundi à Lomé. Il est organisé par l’Institut de la Francophonie pour le développement durable (IFDD), le Secrétariat international francophone pour l’évaluation environnementale (SIFEE), en collaboration avec l’Agence nationale de gestion de l’environnement (ANGE).

250 experts, issus d’une vingtaine de pays africains assistent à la rencontre ouverte par le Premier ministre togolais, Arthème Ahoomey-Zunu (photo) qui, à cette occasion, à fait état des progrès en matière de gouvernance environnementale au Togo.

Progrès confirmés par la ministre de l’Environnement et des Ressources forestières, Dédé Ahoéfa Ekoué.

Le SIFEE est une organisation non gouvernementale internationale à but non lucratif dont le siège social est à Montréal. Il fédère de nombreuses organisations en évaluation environnementale et en développement durable, dont un bon nombre d'Afrique francophone. Soutenu notamment par les gouvernements québécois, français et canadien, ses activités sont supportées particulièrement par l'Institut de l'Énergie et de l'Environnement (IEPF) qui est un organe subsidiaire de l’organisation internationale de la francophonie (OIF).

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

L'Allemagne laboure le Togo

Coopération

Depuis la reprise de la coopération avec le Togo, l’Allemagne est particulièrement active dans le secteur de l’agriculture.

Pendant les Evala, la roue tourne

Sport

Coup d’envoi mardi du Grand Prix de la Kozah, une course cycliste qui mènera le peloton de Lomé à Kara (Nord du Togo).

Schéma directeur sur le numérique

Tech & Web

Une étude sur la mise en place d’un schéma d’aménagement numérique vient d'être rendue publique.

Les greffiers à la recherche de solutions consensuelles

Justice

Les greffiers du Togo souhaitent l’ouverture rapide d’un dialogue avec les pouvoirs publics pour discuter de leur statut.