Gouvernance globale : forte progression du Togo

04/10/2016
Gouvernance globale : forte progression du Togo

95 indicateurs issus de 34 sources indépendantes

Le dernier Indice Ibrahim de la gouvernance en Afrique (IIAG), publié lundi par la Fondation Mo Ibrahim, indique qu’une dégradation assez largement répandue dans la catégorie Sécurité et État de Droit a freiné l’amélioration de la gouvernance globale en Afrique au cours des dix dernières années. 

La Côte d’Ivoire enregistre la plus forte progression au niveau de la Gouvernance globale au cours de la dernière décennie (+13,1 points), suivie par le Togo (+9,7 points).

La dixième édition de l’IIAG, l’analyse la plus complète sur l’état de la gouvernance en Afrique réalisée à ce jour, évalue, à partir de 95 indicateurs issus de 34 sources indépendantes, l’évolution de la gouvernance dans chacun des 54 pays du continent africain au cours de la décennie 2006-2015. 

Pour la première fois cette année, l’IIAG inclut les résultats d’enquêtes d’opinions publiques menées sur le terrain par Afrobaromètre. Celles-ci permettent de mesurer la perception des citoyens africains sur la gouvernance de leur propre pays, apportant ainsi un éclairage complémentaire précieux aux résultats fournis par les évaluations d’experts et les données officielles. 

Informations complémentaires

RAPPORT MO.pdf 5,49 MB

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.

Football apaisé

Sport

Des incidents ont émaillé plusieurs rencontre du championnat de première division. Les sanctions sont tombées jeudi.

30.000 spectateurs pour 20 ans de carrière

Culture

Vingt ans de carrière, ça se fête. King Papavi Mensah offrira à ses fans un concert géant le 30 avril au stade de Kégué.

La détermination du gouvernement ne s'érode pas

Environnement

Le gouvernement et ses partenaires vont mettre 90 milliards de Fcfa sur la table pour lutter contre l’érosion côtière qui fait des ravages.