Homawoo : ‘Nous espérons obtenir la majorité’

21/06/2013
Homawoo : ‘Nous espérons obtenir la majorité’

La Commission électorale nationale indépendante (Céni) a reçu mercredi soir les dossiers de candidature de la plupart des partis politiques, grands et petits, comme ceux des indépendants. Les élections legislatives auront lieu le 21 juillet prochain.

L’Union des forces de changement (UFC), principal parti d’opposition, aura des candidats dans l’ensemble des circonscriptions. Les demandes ont été telles que la direction du parti a été contraint de faire des choix, parfois difficiles. C’est ce qu’explique Jean-Luc Homawoo (photo), le president de la jeunesse de l’UFC. Il se dit optimiste espérant rafler la majorité des sièges.

Avec ces legislatives, le Togo devrait tourner la page de l’agitation politique observée depuis quelques mois.

Republicoftogo.com : Présentez-vous vous des candidats dans les 30 circonscriptions ?

Jean-Luc Homahoo : Vous n’êtes pas sans savoir qu’aux législatives de 2007, l’UFC a été le seul parti de l’opposition à couvrir tout le territoire. Nous restons fidèles à notre électorat.  Le problème de l’UFC  c’est le difficile arbitrage face à une pléthore de candidats qui s’équivalent. Soyez rassuré, l’UFC a une liste dans les 30 circonscriptions.

Republicoftogo.com : Combien de députés espérez- vous obtenir ?

Jean-Luc Homaoo : Au minimum,nous devrions avoir plus de députés qu’à la législature qui s’achève. En effet, si en 2007 nous avons réunis 27 députés sur 81 que compte l’Assemblée sortante, nous ferons élire au moins  31 députés sur les 91 que comptera le prochain Hémicycle.  Toutefois, notre objectif étant l’alternance pacifique et négociée en 2015, nous devrions légitimement viser la primature avec la réunion d’une majorité parlementaire au sortir des prochaines élections, soit au moins 42 députés ; c’est notre ambition de parti mythique et première force de l’opposition démocratique.

Republicoftogo.com : N’êtes vous pas inquiets de la participation de l’ANC  à ce scrutin ?

Jean-Luc Homawoo : Raisonnablement, une équipe de football expérimentée qui a l’habitude des grandes compétitions et d’un comportement plus qu’honorable, qui s’est bien préparée à un championnat,  peut-elle craindre une jeune équipe non professionnelle qui n’a jamais participé à un championnat et qui plus est, ne s’est même pas préparée ? 

Personnellement, je m’interroge sur la motivation de l’ANC. Est-ce juste pour faire de la figuration, pour jouer les troubles fêtes ou pour des raisons purement alimentaires : le financement public de la campagne électorale. 

Jugez vous-même ; des gens qui déclarent tout illégitime ; la Cour constitutionnelle, le président de la République, le gouvernement, le Parlement, la Céni ; qui déclarent qu’ils ne participeront pas aux élections et qu’elles n’auront pas lieu. Comment expliquer raisonnablement que l’ANC se décide brusquement à y aller, justement aux lendemains du vote de la loi sur le financement public où ils sont sûrs d’encaisser plus de 50 millions. En tout cas le peuple doit pouvoir comprendre quelque chose à ces incohérences.

Republicoftogo.com : Quelles sont les personnalités alignées par l’UFC ?

Jean-Luc Homawoo : Plusieurs ministres, MM. Diabacte, Oré, Galley, le député sortant Nicodème Habia, votre serviteur et quelques autres.

Republicoftogo.com : Les deux coalitions de l’opposition ne se sont pas entendues pour présenter des listes communes. Comment réagissez-vous ?

Jean-Luc Homawoo : Il n’y a rien de surprenant. Nous avons des rassemblements hétéroclites de circonstance et contre nature qui ne reposent sur rien de solide.  Ce qui les unit, c’est la volonté de s’attribuer aux yeux du peuple l’exclusivité de l’étiquette opposition à des fins électoralistes. L’histoire nous a instruit sur ce à quoi on doit s’en tenir au sujet des personnes qui animent ces chapelles et leurs agendas cachés qui n’ont rien à voir avec les intérêts supérieurs du peuple. De toute façon, unis ou pas, cela ne change rien à notre engagement et à nos espérances : nous avons des objectifs, des stratégies que nous développerons sur le terrain. C’est la fin qui justifie les moyens ; ils sont dans leur logique, nous sommes dans la notre, c’est l’électorat qui nous départagera.

Republicoftogo.com : Quels sont les grands thèmes qui seront développés pendant la campagne ?

Jean-Luc Homawoo : Chaque époque et chaque génération a ses problèmes. Nos thèmes sont d’ordre politique, économique et social.

Sur le plan politique, nous expliquerons au peuple notre position par rapport aux réformes institutionnelles et constitutionnelles. Il faut une Assemblée légitime pour les réaliser. Nous sommes légalistes et démocrates. Nous n’acceptons pas que des partis politiques cabines téléphoniques puissent s’arroger le droit de se mêler des questions sérieuses qui concernent l’avenir du peuple. Nous n’oublions pas les leçons des nombreux dialogues qui ont eu lieu pendant notre longue lutte politique. 

Sur le plan économique, nous avons un programme de réformes économiques, de relance de l’agriculture.

Sur la plan social, l’emploi des jeunes et leur présence dans les institutions étatiques, ainsi que celle des femmes, sont un objectif important de l’UFC.

Tous les partis affirment réserver une place importante à la jeunesse, mais dans les faits nous sommes obligés de constater qu’il ne s’agit que de vœux pieux. Par exemple, dans l’actuel gouvernement de 34 membres, il n’y a qu’un seul jeune. Cette situation changera avec le prochain gouvernement dirigé par un premier ministre UFC.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les hommes qui savent aimer Valentine

Culture

La jeune chanteuse togolaise Valentine Alvares poursuit sa carrière à un rythme impressionnant. Elle vient de dévoiler son nouveau clip.

Tchanilé Banna radié à vie

Sport

L’ancien entraîneur des Eperviers, Tchanilé Banna, organisateur d’un match bidon au Bahreïn en septembre 2010, a été radié à vie par la FIFA.

Un univers musical sans frontières

Culture

Le franco-togolais Jer Ndoti donnera un concert vendredi à l'Institut Français du Togo. Un voyage dans l'univers du jazz et des musiques afri-cubaines.

Le Fonds PISCCA finance 9 projets

Coopération

Plusieurs initiatives locales contribuant à renforcer la société civile et à promouvoir les droits sociaux et économiques viennent de recevoir un coup de pouce.