Kokou Biossey Tozoun : « Nous allons faire gagner du temps aux citoyens »

20/05/2008
Kokou Biossey Tozoun : « Nous allons faire gagner du temps aux citoyens »

Dans le cadre de la modernisation de la justice, le ministère de tutelle lance à partir du 2 juin prochain le certificat de nationalité numérique. Une évolution qui va permettre d'accélérer les procédures de délivrance, mais aussi de lutter contre les fraudes avec la fourniture d'un document administratif totalement sécurisé. Les populations vont être informées sur ces changement grâce à une campagne d'information qui va être menée à travers le Togo.

L'artisan de cette réforme est Kokou Tozoun, le ministre de la Justice. Il répond aux questions de republicoftogo.com Republicoftogo.com : Monsieur le Ministre pouvez-vous nous en dire un peu plus sur ces nouveaux certificats sécurisés.

Kokou Biossey Tozoun :

Ces certificats de nationalité seront informatisés, ce qui permet d'avoir un document fiable et archivé dans un base de données. Autre avantage, cela permet d'éviter les soucis qu'engendrent les pertes. Ensuite le certificat ne peut pas être photocopié. Si quelqu'un veut un duplicata on les lui fournira, il n'y a aucun problème. Il est infalsifiable du fait des éléments de sécurisation qui s'y trouvent, du coup cela limite les risques d'erreurs ou de fraudes. C'est pourquoi nous demandons aux Togolais de faire confiance quant au processus d'informatisation.

Republicoftogo.com : Vous lancez ce nouveau certificat le 2 juin, pensez-vous que les populations sont bien informées des nouvelles dispositions ?

Kokou B. Tozoun :

Nous avons commencé la sensibilisation à travers les spots et les affiches. Mais la vraie sensibilisation va se faire via des commissions locales dans toutes les préfectures du pays.

Nous allons leur demander, les préfets en tête (puisqu'ils sont en même temps présidents de ces commissions), de faire des tournées dans leur territoire d'attribution pour sensibiliser les citoyens. En fait tout revient à dire que désormais il y a un guichet unique pour l'établissement des certificats de nationalité. A partir de la demande de votre certificat d'origine, vous avez en même temps votre certificat de nationalité. C'est pourquoi, il est effectivement important que tout le monde le sache.  

Republicoftogo.com : Plus de temps perdu comme c'est le cas aujourd'hui ?

Kokou B. Tozoun :

Les moyens sont mis en oeuvre pour tout faire en un temps relativement court. Il y aura une navette qui va circuler au niveau des préfectures pour récupérer les dossiers visés. Ils seront acheminés auprès des centres de production puis très rapidement livrés aux demandeurs.

Republicoftogo.com : Le hic est peut-être au niveau du coût pour obtenir désormais un certificat de nationalité ?

Kokou B. Tozoun :

Actuellement, pour avoir un certificat de nationalité, il faut traverser plusieurs étapes qui ont chacune un coût que tout le monde connaît. Il faut d'abord faire la demande de l'attestation d'origine, ensuite le certificat d'origine avant de faire la demande d'un certificat de nationalité. A partir du moment où toutes les étapes sont désormais centralisées dans une même commission, nous allons réduire ces coûts. Pour l'instant nous sommes à l'étape de l'harmonisation donc nous n'avons pas encore un montant arrêté, mais nous savons que pour la demande d'un certificat de nationalité il faut 5000 FCFA.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les conditions de la relance

Tourisme

Le gouvernement s’est résolument engagé dans le développement et la promotion du secteur touristique.

Energie solaire photovoltaïque pour 62 localités

Environnement

Un prêt de 6 milliards de la BOAD va permettre au Togo de distribuer l'énergie solaire dans une soixantaine de localités.

L'Europe un peu plus abordable

Tourisme

459.000 Fcfa, c’est le prix d’un billet entre Lomé et Paris (ou l’Europe) en ce moment sur Air France.

Une voiture solaire assemblée au Togo

Environnement

Les industriels n’ont pas attendu la signature par le Togo de l’Accord de Paris pour se lancer dans le secteur des véhicules propres.