L'ANC tente un coup de bluff

26/04/2015
L'ANC tente un coup de bluff

Jean-Pierre Fabre

‘La compilation des résultats du scrutin présidentiel du 25 avril 2015 est toujours en cours, mais d’ores et déjà, nos estimations à partir des procès-verbaux des bureaux de vote permettent à notre candidat (Jean-Pierre Fabre, ndlr) de conserver une avance décisive dont nous attendons confirmation par la Céni’. Voilà ce que l’on peut lire dans une déclaration publiée dimanche par l’ANC.

Problème, les ‘estimations’ avancées par ce parti et l’’avance décisive’ évoquée sont une pure invention dont le seul objectif est de jeter le discrédit sur le processus de traitement des résultats assuré par la Commission électorale. L’ANC n’est en possession d’aucune donnée, estimation ou tendance.

Pire, l’ANC exige de la Céni ‘la proclamation du verdict des urnes manifestement favorable à CAP 2015.’

Et ce n’est pas tout, le parti dirigé par Jean-Pierre Fabre encourage ses électeurs ‘à revendiquer en toute légitimité leur vote et à réclamer leur victoire.’ Un appel à peine masqué au désordre.

Curieuse approche de la démocratie. Déjà en 2010, M. Fabre avait annoncé une victoire historique alors que le vote n'était même pas achevé !

Seule la Céni est habilitée à publier les résultats provisoires de la présidentielle. Ni l’ANC, ni les autres partis ne disposent d’informations fiables et officielles.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Sortir de la pauvreté, c'est possible

Développement

Le président Faure Gnassingbé a lancé jeudi à le projet de développement rural de la plaine de  (PDRD).

As Togo-Port rencontrera un club soudanais le 10 mars

Sport

As Togo-Port rencontrera le 10 mars prochain à Lomé Al Hilal FC du Soudan à l’occasion des 16e de finale de la Ligue africaine des champions de la CAF.

Les notaires togolais vont passer à l'Acte authentique électronique

Justice

Le nouveau président de la Chambre des notaires, Me David Koffi Tsolenyanu, a pris ses fonctions jeudi.

Guinée Bissau : non aux sanctions !

Cédéao

Les 19 personnalités bissau-guinéennes, récemment sanctionnées par la Cédéao pour non respect de l’Accord de Conakry, constestent cette décision.