L’Alliance en pleine désunion

22/02/2010
L’Alliance en pleine désunion

La décision de Maurice Dahuku Péré, ancien cacique du RPT, de soutenir l’UFC et le Front républicain pour l’alternance et le changement (FRAC), ne fait pas que des heureux au sein de l’Alliance, le parti qu’il a créé. Certains militants ont carrément décidé de soutenir la candidature de Faure Gnassingbé.
« La décision du ralliement de l’Alliance au FRAC est une décision unilatérale prise par le président du parti, Maurice Dahuku Péré, sans concertation avec la base. Nous n’adhérons pas à cette décision et nous les 52 responsables de fédération et de cession, nous comptons soutenir et accompagner le président Faure», a déclaré lundi Tchakou Toufailé, le porte-parole des dissidents de l’Alliance.
Joint au téléphone par republicoftogo.com, l’un des membres du Comité politique affirme cependant que la décision de rallier le FRAC a été prise « en pleine concertation avec les instances du parti ».
Maurice Dahuku Péré a été président de l’Assemblée nationale sous le président Eyadema et membre influent du RPT avant d’en être exclu.
Le Togo choisira son président le 4 mars prochain.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

D1 : AS Togo Port prend la tête

Sport

Lors de la 14e journée de D1, disputée dimanche, Anges et Sémassi ont fait match nul (0-0).

Travail remarquable

Coopération

Implantée dans une cinquantaine de pays, dont le Togo, PLAN est une organisation non gouvernementale de solidarité internationale qui agit pour donner aux enfants et aux jeunes les plus marginalisés les moyens de construire leur avenir.

SCAPE : lever certains obstacles

Développement

La SCAPE, Stratégie de croissance accélérée et de promotion de l’emploi, est la feuille de route que s’est donné le gouvernement pour assurer le développement économique du pays. Elle nécessite d’importants moyens et le concours actif des donateurs.

Chaude ambiance à la FTF

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) est secouée par une énième crise. L’ancien président de la Fédé, Tata Avlessi, s’oppose à son successeur, Gabriel Améyi,