L’Alliance y va !

04/01/2013
L’Alliance y va !

Si certains partis d’opposition continuent de rejeter le processus électoral accusant le pouvoir de fermer la porte au dialogue, d’autres se préparent activement à participer aux prochaines élections législatives et locales prévues au premier trimestre de cette année. Après la CPP, c’est au tour de l’Alliance démocratique pour la patrie de confirmer sa présence à ce nouveau rendez-vous démocratique.

La formation, fondée par Maurice Dahuku Peré, regrette cependant l’incompréhension persistante entre les acteurs politiques.

Pour le porte-parole de l’Alliance, Ourna Gnanta (photo), il faut en finir avec les querelles politiciennes et réfléchir au développement du pays. Et le développement passe justement par des élections.

Republicoftogo.com : Nous sommes rentrés en année électorale. Votre parti s’y prépare ?

Ourna Gnanta : L’Alliance est une formation politique qui a donc besoin d’une assise électorale. Elle se prépare activement pour ces élections afin d’obtenir une large adhésion à son programme de société.

Il est indispensable de trouver un minimum de consensus pour aller aux urnes.

Les dernières discussions avec le gouvernement ont permis une légère amélioration du processus électoral, notamment en ce qui concerne la composition de la Céni, des Céli et du découpage électoral.

Face à la difficulté de pouvoir réaliser les réformes constitutionnels et institutionnels avant les élections, on peut s’entendre sur un calendrier de mise en œuvre de ces  réformes après le scrutin et sur le type de gouvernement à constituer, quelle que soit la couleur de la future Assemblée, étant donné que le problème du régime politique créé par les modifications constitutionnelles de 2002 n’est pas encore résolu. 

Republicoftogo.com : Depuis plusieurs mois, la tension politique est patente entre le pouvoir et certains partis de l’opposition. Comment sortir de cette crise ?

Ourna Gnanta : On aurait souhaité voir se réaliser les réformes prévues par l’APG et qui ont fait l’objet de discussions dans les différents cadres de dialogue auxquels l’Alliance a participé. Nous avons apporté une contribution active aux discussions.

Il faut que l’ensemble des acteurs politiques comprennent qu’il est temps d’en finir avec les querelles stériles pour réfléchir au développement de Togo car finalement, c’est ça le plus important.

Republicoftogo.com : Que pensez-vous de l’idée émise par le chef de l’Etat d’instaurer la parité en ce qui concerne les mandats électifs ?

Ourna Gnanta : Bonne idée, mais nous pensons que le délai est trop court. Il faut du temps pour former et préparer des candidates. Cela ne peut pas se faire en quelques semaines. En revanche, on peut déjà commencer dans ce sens en accordant des subventions aux partis qui présentent des femmes et instaurer une gratuité de caution pour celles qui se présentent.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Comment Berlin revient en Afrique

Diplomatie

Il est paru. Le deuxième numéro de DiploMag, le trimestriel d’information du ministère des Affaires étrangères consacre un dossier à la coopération germano-togolaise et à la nouvelle stratégie de Berlin sur le continent africain.

Togo Cellulaire se charge de tout !

Tech & Web

Togo Cellulaire, premier opérateur mobile au Togo, a lancé mercredi ‘Recharge-moi’, un service qui permet aux clients de recharger à partir de leur numéro, le compte d’un autre abonné, autrement dit de lui fournir du crédit à partir d’une carte prépayée.

La propreté est de retour

Coopération

Dans le cadre de son soutien aux activités visant à faire de Lomé une ville plus propre, l’Ambassade des Etats-Unis, sur financement du Corps des ingénieurs de l’armée américaine (USACE), a accordé une subvention de 175.190 dollars pour la construction d’un centre de collecte et de transfert de déchets ménagers à Aflao-Sagbado (Lomé.) 

Explosion de la presse en ligne

Médias

Coûts de fabrication élevés, problèmes de distribution, diffusion internationale difficile, de plus en plus d’éditeurs togolais privilégient la version numérique au détriment du papier.