L’UFC donnera sa réponse lundi

16/05/2014
L’UFC donnera sa réponse lundi

Jean-Claude Homawoo

L’UFC (opposition) se prononcera lundi sur son éventuelle participation aux concertations prévues entre les formations représentées à l’Assemblée nationale sur les réformes intentionnelles et constitutionnelles.

Le parti dirigé par Gilchrist Olympio estime que les principales questions ont déjà été évoquées par le Cadre permanent de dialogue et de concertation (CPDC). Il est favorable aux nouvelles discussions à condition ‘que les autres points annoncés soient importants pour le peuple togolais’.

‘Il a été précisé que d’autres points du dialogues seront débattus, nous ne les connaissons pas encore c’est pour cela que lundi prochain avant de se prononcer sur sa participation ou non à un nouveau cadre de dialogue, l’UFC ira voir si les nouveaux points sont d’importance pour le peuple togolais parce que les réformes doivent mener le Togo à rentrer dans le cercle des pays démocratiques’, a déclaré vendredi Jean-Claude Homawoo, l’un des responsables de l’UFC.

‘Les points de réformes que le gouvernement a souhaité mettre à l’examen lors des prochaines discussions ont déjà été débattus dans le cadre du CPDC rénové et je vous avoue que nous avons suggéré que les conclusions de ces travaux soient portées à la connaissance des partis parlementaires qui n’étaient pas au CPDC rénové, et que les choses aillent vite », a-t-il ajouté.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Vous écoutez Radio Cédéao

Cédéao

L'organisation régionale va se doter d'un station de radio diffusant sur toute l'Afrique de l'Ouest.

Le nouveau code pénal fait bonne impression

Justice

Le Garde des Sceaux, Pius Agbétomey, a réceptionné mardi 2000 exemplaires du nouveau code pénal, don de l'UE.

Un nouveau rôle pour Djimon Hounsou

Culture

L'acteur Djimon Hounsou a été reçu par Faure Gnassingbé. Ils n'ont pas parlé filmograpgie, mais promotion du cinéma au Togo.

Clémence des juges

Justice

La justice a décidé de remettre en liberté une vingtaine de personnes interpellés et condamnés pour des actes de violence lors des récentes manifestations.