L’art de la négociation

21/01/2010
L’art de la négociation

L’ambassade des Etats Unis au Togo a organisé mercredi un débat autour du livre « Comment réussir une négociation » écrit par Roger Fisher, William Ury et Bruce Patton, professeurs à Harvard et constamment remis à jour depuis sa première parution en 1981.

La discussion a regroupé une soixantaine d’hommes politiques, de leaders de la société civile et d’avocats.

Avec plus de deux millions d'exemplaires vendus dans le monde le succès de cet ouvrage ne se dément pas.

La manière de négocier fait-elle réellement la différence face à une partie adverse plus puissante ? Que faire si les personnes elles-mêmes constituent le problème ? Comment adapter son approche en fonction de la personnalité, du sexe, de l'environnement culturel de l'autre partie ? etc… Tels sont, entre autres, les questions posées dans le livre qui contient, en partie, les réponses.

« Ce livre est utile pour tous les acteurs politiques togolais qui ont une très longue expérience de la négociation. Sa lecture est enrichissante dans un contexte pré-électoral pour parvenir à un scrutin libre, transparent et sans violences », a expliqué Bélinda Jackson, la directrice des Affaires publiques à l’ambassade des Etats-Unis.

Comment réussir une négociation (Seuil)

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

UEMOA : le Sénégal remporte la coupe

Sport

Les Lions du Sénégal ont battu samedi par 1-0 les Aigles du Mali en finale de la 7e édition du tournoi de l'intégration de l'UEMOA.

Infrastructures de base : nouvel engagement de l’UE

Coopération

Améliorer l’accès à l’eau potable et proposer de meilleures conditions sanitaires aux habitants de Notsé. C'est l'objectif d'un programme financé par l'UE.

Mobilité et développement

Diaspora

Plus d’un million de Togolais vivent à l’étranger. Leurs compétences et leur appui financier sont autant d'atouts pour contribuer au développement du pays.

Harmoniser le système d'indemnisation

Cédéao

Un automobiliste togolais circulant dans les pays de la Cédéao doit impérativement disposer d’une ‘carte brune’, le certificat international d’assurance.