« L'expérience est une lanterne attachée dans notre dos qui n'éclaire que le chemin parcouru »

03/08/2011
« L'expérience est une lanterne attachée dans notre dos qui n'éclaire que le chemin parcouru »

Le président de la Commission «Vérité, Justice et Réconciliation», Mgr Nicodème Barrigah (photo) a affirmé mardi, que l’institution ne reculerait pas devant les difficultés liées à sa mission. 

« La tâche ne sera pas facile, surtout au regard des contingences liées au contexte socio politique local dont nous savons que les crispations épisodiques ont un impact négatif sur notre bilan. Mais nous ne reculerons pas devant cette difficulté pas plus que les autres ne nous ont rebuté pendant les phases précédentes des dépositions, du traitement des données et des investigations » a déclaré le prélat. 

Il s’exprimait lors d’un séminaire de formation du personnel avant le début des auditions qui doivent commencer dans quelques semaines.

La CVJR doit faire la lumière sur les violences politiques survenues au Togo de 1958 à 2005.

Voici le discours de Mgr Barrigah

C’est en forgeant qu’on devient forgeron nous enseigne la sagesse populaire. Et au regard de l’évolution de la mise en oeuvre de notre agenda, je dois avouer que jamais maxime n’a été plus pertinente. Après les dépositions, alors que les investigations sont en phase opérationnelle,

l’atelier de formation que nous entamons ce jour permet de mesurer le chemin parcouru ; mais plus encore il nous fait prendre conscience des défis qui restent à relever pour mener à bien notre mission, qui est, faut-il le rappeler, de proposer des mesures susceptibles de favoriser le pardon et la réconciliation nationale en cherchant la vérité sur les abus et les violations des droits humains à caractère politique et d’aider les victimes à guérir de leurs traumatismes.

Mesdames et Messieurs,

Chers invités,

L’atelier de ce jour est consacré à l’organisation des audiences. Il marque la dernière ligne droite du dispositif que nous avons mis en place pour organiser les audiences dans les meilleures conditions possibles. En effet, les audiences constituent la phase la plus visible du processus lié

à la justice transitionnelle. Non pas seulement parce qu’elles exposent parfois, sur la place publique le face-à-face, parfois tendu entre

victimes et auteurs présumés, mais aussi et surtout parce que les audiences sont la phase où la quête de la Vérité est en pleine lumière : il s’agit de donner la parole aux victimes et faire parler les auteurs qui

sont tous présents par consentement, pour reconnaître et réparer le tort vécu par les premiers et pardonner par les seconds.

Mesdames et Messieurs,

Vous en conviendrez avec moi, la tâche ne sera pas facile, surtout au regard des contingences liées au contexte sociopolitique local dont nous savons que les crispations épisodiques ont un impact négatif

sur notre bilan. Mais nous ne reculerons pas devant cette difficulté pas plus que les autres ne nous ont rebuté pendant les phases précédentes des

dépositions, du traitement des données et des investigations. Comment obtenir la garantie que les protagonistes seront mobilisés et disposés à contribuer à la manifestation de la Vérité ? Quelle place devons nous

accorder aux groupes vulnérables que constituent les femmes et les enfants ? Quelles sont les implications juridiques liées aux audiences ?

Comment assurer la protection des victimes, témoins et auteurs présumés par rapport aux témoignages qui seront entendus ? Quelles sont les dispositions à prendre pour que l’opinion publique soit largement informée sans tomber dans l’ostentation ? Comment gérer les stress et les traumatismes inhérents à ce genre de situation ?

Mesdames et Messieurs,

Honorables invités,

La liste des questions préalables à régler avant les audiences est longue… C’est donc pour mettre toutes les chances de réussite de notre coté que nous organisons cet atelier qui a pour objectif de susciter auprès des commissaires et du personnel engagé dans la phase des audiences une excellente maîtrise des outils afférents à cette activité. En

outre cette rencontre d’échanges d’expériences nous permettra de mieux appréhender les enjeux pédagogiques et les défis liés à la délicatesse de

cette phase qui est incontournable et nécessaire pour la recherche d'une vérité en nous inspirant des expériences des autres pays notamment le Maroc et le Ghana dont les personnes ressources nous assistent.

« L'expérience, disait Confucius, est une lanterne attachée dans notre dos, qui n'éclaire que le chemin parcouru ». Nous espérons que l’expérience acquise par le Maroc et le Ghana éclairera notre commission qui leur a emboîté le pas. Je voudrais pour finir mon propos, exprimer une fois notre gratitude aux partenaires techniques et financiers qui nous appuient, j’ai cité le HCDH, le PNUD, L’Union européenne, mais aussi les OSC et les médias. Face aux attentes des Togolaises et des

Togolais, Notre responsabilité est commune et grande, mais j’ai foi que nous ne faillirons pas. C’est sur cette note d’exhortation que je déclare

ouverts les travaux de cet atelier consacré à l’organisation des audiences.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Togolais veulent encore plus de débit

Tech & Web

L’édition 2016 du Forum national sur la Gouvernance de l’Internet (FGI) au Togo se déroule depuis mercredi à Lomé.

L’urgence n’attend pas

Développement

22 localités vont bénéficier d'équipements publics grâce au financement assuré par le Programme d’urgence de développement communautaire.

L'Allemagne appuie le système de santé

Santé

L'Allemagne va aider le Togo à améliorer sa stratégie de planification familiale et de promotion des droits sexuels et reproductifs.

Méningite : il n’y a pas de fatalité

Santé

La 13e  réunion annuelle sur la surveillance, la préparation et la réponse aux épidémies de méningite en Afrique s’est ouverte lundi à Lomé.