L'opposition ne veut pas prendre le risque de perdre les élections

29/06/2018
L'opposition ne veut pas prendre le risque de perdre les élections

Jean-Pierre Fabre

Les médiateurs mandatés par la Cedeao pour tenter de régler la crise politique au Togo ont recommandé l’organisation des élections législatives au plus tard fin novembre, soit un report de 4 mois par rapport à la période initiale.

La question n’est pas de savoir si le Togo doit repousser le scrutin de 6 mois ou d’un an dans l’attente d’un compromis entre la majorité et l’opposition. Il ne le peut pas même si il le souhait. La constitution fixe un délai légal pour renouveler l’Assemblée. Le scrutin doit donc impérativement se tenir en 2018.

Les médiateurs n’ont fait que relire la constitution togolaise.

Mais les opposants ne semblent pas préoccupés par des considérations constitutionnelles et le respect de la légalité.

Interrogé vendredi par Victoire FM, le chef de l’ANC, Jean-Pierre Fabre a assuré que les législatives ne pourraient avoir lieu.

Mieux, pour M. Fabre, les élections ne sont pas la priorité.

‘Ce qui est important, c’est que nous parvenions à nous entendre pas seulement sur les réformes mais sur le délai pour organiser des élections crédibles’, a-t-il ajouté.

Pour l’opposition, passer par la case élections présente toujours un risque. Celui de les perdre.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Le gouvernement poursuit son programme de forages

Développement

12% de la population n’a toujours pas accès à l’eau potable. Un chiffre divisé par deux en dix ans.

La Chine s'engage contre le paludisme

Santé

Le Togo est loin d’avoir gagné son combat contre le paludisme, mais il peut compter sur ses partenaires dont la Chine.

La FTF assure

Sport

Nouvelle saison. Le championnat de première division débute le 23 septembre avec 7 rencontres à l’affiche.

Les nouvelles tendances du tourisme mondial

Tourisme

Comme chaque année, le Togo sera présent au Salon IFTM Top Resa qui se déroule du 25 au 28 septembre à Paris.