'La constitution de 1992 n'était pas bonne'

20/09/2017
'La constitution de 1992 n'était pas bonne'

Fambaré Ouattara Natchaba

Fambaré Ouattara Natchaba, professeur de droit et ancien président de l’Assemblée nationale, livre son analyse sur les revendications de l’opposition concernant un retour à la constitution de 1992.

Selon lui, le texte de l’époque n’était pas bon en ce sens qu’il avait été taillé sur mesure en faveur d’un individu, en l’occurrence Joseph Koffigoh qui souhaitait se présenter à la présidentielle.

M. Natchaba y voit également d’autres défauts. ‘La constitution de 1992 n’était ni vraiment présidentielle, ni vraiment parlementaire. Donc source de conflits entre un président et un Premier ministre doté de tous les pouvoirs’. 

La constitution avait été révisée en 2002 pour ‘harmoniser les lignes’.

Fambaré Ouattara Natchaba estime avoir la solution à la crise politique que traverse le pays.

‘Jean-Pierre Fabre en tant que chef de file de l’opposition doit aller voir avoir le chef de l’Etat et lui dire voilà ce que je pense et vous quel est votre position ? Il n’a qu’à négocier pour trouver une solution plutôt que d’appeler les gens à manifester constamment’.

L’adoption du projet de réformes constitutionnelles est nécessaire, estime l’ancien président de l’Assemblée qui prévient que ‘la stratégie qui consiste à vouloir exclure ou chasser quelqu’un ne marchera jamais’. 

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Evala : clap de fin

Culture

Les luttes traditionnelles en pas Kabyè sont presque terminées. Faure Gnassingbé a assisté samedi aux ultimes rencontres.

Vous développez un projet structurant ?

Coopération

Des représentants togolais participeront du 17 au 19 septembre à Genève à la 2e conférence internationale des jeunes francophones (CJF).

26 pays représentés au prochain sommet de Lomé

Cédéao

La Cedeao et la Ceeac tiendront sommet le 30 juillet à Lomé pour discuter terrorisme et lutte contre la radicalisation. 

C'est bien, mais peut mieux faire

Uemoa

Les Etats membres de l’UEMOA doivent renforcer leurs capacités de mobilisation des recettes fiscales.