'La constitution de 1992 n'était pas bonne'

20/09/2017
'La constitution de 1992 n'était pas bonne'

Fambaré Ouattara Natchaba

Fambaré Ouattara Natchaba, professeur de droit et ancien président de l’Assemblée nationale, livre son analyse sur les revendications de l’opposition concernant un retour à la constitution de 1992.

Selon lui, le texte de l’époque n’était pas bon en ce sens qu’il avait été taillé sur mesure en faveur d’un individu, en l’occurrence Joseph Koffigoh qui souhaitait se présenter à la présidentielle.

M. Natchaba y voit également d’autres défauts. ‘La constitution de 1992 n’était ni vraiment présidentielle, ni vraiment parlementaire. Donc source de conflits entre un président et un Premier ministre doté de tous les pouvoirs’. 

La constitution avait été révisée en 2002 pour ‘harmoniser les lignes’.

Fambaré Ouattara Natchaba estime avoir la solution à la crise politique que traverse le pays.

‘Jean-Pierre Fabre en tant que chef de file de l’opposition doit aller voir avoir le chef de l’Etat et lui dire voilà ce que je pense et vous quel est votre position ? Il n’a qu’à négocier pour trouver une solution plutôt que d’appeler les gens à manifester constamment’.

L’adoption du projet de réformes constitutionnelles est nécessaire, estime l’ancien président de l’Assemblée qui prévient que ‘la stratégie qui consiste à vouloir exclure ou chasser quelqu’un ne marchera jamais’. 

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Esprit de compromis

Cédéao

La Cédéao a invité les responsables politiques togolais à s'engager très rapidement dans un processus de dialogue.

Solution en vue à Bissau ?

Cédéao

Le président de la Cédéao, Faure Gnassingbé, a rencontré vendredi à Abuja son homologue de Guinée Bissau.

Innover pour une santé de meilleure qualité

Santé

Le président Faure Gnassingbé s’est rendu jeudi au CHR d’Atakpamé (région des Plateaux) qui expérimente depuis plusieurs mois un processus de gestion externe.  

Les priorités de la BM pour 2018

Développement

Joëlle Dehasse, la représentante de la Banque mondiale à Lomé, a indiqué les priorités de son institution pour l’année prochaine.