La fin du n’importe quoi

09/12/2010
La fin du n’importe quoi

Le gouvernement a adopté en juin 2010 le Code de l’Eau. Son entrée en application interviendra dans quelques jours. L’occasion pour le ministre de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hydraulique villageoise, Zakari Nandja (photo), de vulgariser son contenu et surtout ses avantages.
Il va prendre son bâton de pèlerin pour une grande campagne d’information à travers tout le pays.
"Les enjeux et les défis à relever dans le secteur de l'eau sont immenses. Notre action consiste à faire connaître ce nouveau Code
afin que sa mise en application soit bien comprise de tous les acteurs", a expliqué jeudi M. Nandja.
Comprenant 183 articles, ce nouveau Code de l’eau organise la gestion et la commercialisation de l'eau.
Le principe des pollueurs-payeurs et des utilisateurs-payeurs constituent la base de ce document.
"Il n'est plus possible que l'on retrouve à tout bout de champ, des sachets de pure water en vente sans que l'on ne sache sa qualité et sa source de provenance. Il n'est plus possible que des gens se permettent de creuser des forages sans avoir une autorisation préalable", a expliqué le ministre.
Depuis 2008, le gouvernement a fait de gros efforts pour élargir le taux de couverture en eau potable en milieu rural.
"En 2007, nous étions à moins de 30%, aujourd'hui, la couverture est de 39% et notre ambition, est de la porter à 64% d'ici à 2015", indiqué Zakari Nandja.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Coopération agricole avec Israël

Cédéao

Le ministre de l’Agriculture, Ouro-Koura Agadazi, effectue depuis lundi une visite de travail en Israël.

Echange de bons procédés

Union Africaine

Les grandes manœuvres ont débuté pour l’obtention des postes de prestige à l’Union africaine.

Les inégalités entre les genres coûtent une fortune à l'Afrique

Développement

L’édition 2016 du rapport sur le développement humain en Afrique, réalisé par le PNUD, a été présentée lundi à Lomé.

L'engagement des Togolais de l'extérieur

Diaspora

Un membre de la Diaspora a annoncé son intention de créer une institution de micro finance pour venir en aide aux plus démunis.