La non violence, œuvre collective

08/02/2010
La non violence, œuvre collective

Après les cantons d’Agoè-Nyivé, Toglekopé et Zanguera, l’ONG Inter Africa-Togo a déployé dimanche son équipe de sensibilisation pour des élections non-violentes au Togo dans les cantons d’Aflao-Gakli et d’Aflao-Sagbado (banlieues situés au nord-ouest de Lomé).
Les ministres de la Coopération, Gilbert Bawara (photo), celui des Mines Noupokou Damipi et le président de Inter Africa, Freddy Nkurikiyé, ont pendant plusieurs heures échangé avec la population sur les causes de la violence pendant la période électorale et les stratégies à mettre en place pour l’éviter lors de la présidentielle.
« Nous devons prendre conscience que la violence a des conséquences désastreuses sur le développement du Togo. Il faut que l’élection présidentielle du 28 février 2010 se passe dans la paix et dans la tranquillité. Il faut que chacun puisse effectuer son devoir civique et retourner tranquillement chez lui sans avoir des morts, des blessés et souvent être contraint de fuir», a expliqué Gilbert Bawara.
Freddy Nkurikiyé a pour sa part indiqué que cette campagne de sensibilisation avait un double objectif : décrisper l’atmosphère politique qui est déjà très tendue à la veille des élections présidentielles et faire en sorte que chaque citoyen comprenne que la non violence est une œuvre collective qui engage chaque citoyen.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Indice harmonisé des prix à la consommation : un casse-tête

Cédéao

La Cédéao vient d’achever à Lomé une réunion consacrée à l'état d'avancement des outils du traitement de l'indice harmonisé des prix à la consommation (IHPC) des pays membres.

La Chambre des notaires prend acte

Justice

Cinq nouveaux notaires ont prêté serment jeudi devant la Cour d’appel de Lomé. La profession est en pleine mutation. 

Un nouveau contrat de management pour le 2 février ?

Tourisme

Le journal Focus Infos annonce la signature d’un contrat de management entre Emaar  Hospitality Group et la société Kaylan qui exploite l’hôtel du 2 février.

Levée d'écrou

Social

Trois enseignants condamnés en début de semaine à Kara pour tentative d'enlèvement dans une gendarmerie ont été libérés.