La nouvelle loi va-t-elle mettre fin aux dérives ?

12/06/2013
La nouvelle loi va-t-elle mettre fin aux dérives ?

Retoquée par la Cour constitutionnelle après un vote le 19 février dernier, les députés ont adopté mardi à l’unanimité la nouvelle mouture de la loi sur les compétences de la Haute autorité de l’audiovisuelle et de la communication (HAAC). Trois articles avaient été jugés non conformes. Ils ont été réécrits ou supprimés.

Désormais, les séances d’auditions publiques des professionnels des médias auteurs de fautes graves, la suspension ou le retrait de parution au delà de six mois ne sont plus du ressort de la HAAC. L’autorité de régulation devra saisir les tribunaux.

La loi votée en février avait provoqué l’ire de certaines organisations de presse convaincues que la HAAC utiliserait son pouvoir discrétionnaire pour décider de la fermeture de journaux, de radios ou de chaînes de télévision.

En réalité, l’objectif de cette loi est de mettre un terme aux dérives de la presse. La plupart des journaux paraissant au Togo sont des supports de combat, des titres partisans liés à des formations politiques. De fait, le contenu est la plupart du temps alimenté par des rumeurs, de la diffamation, des atteintes à la vie privée.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Togolais veulent encore plus de débit

Tech & Web

L’édition 2016 du Forum national sur la Gouvernance de l’Internet (FGI) au Togo se déroule depuis mercredi à Lomé.

L’urgence n’attend pas

Développement

22 localités vont bénéficier d'équipements publics grâce au financement assuré par le Programme d’urgence de développement communautaire.

L'Allemagne appuie le système de santé

Santé

L'Allemagne va aider le Togo à améliorer sa stratégie de planification familiale et de promotion des droits sexuels et reproductifs.

Méningite : il n’y a pas de fatalité

Santé

La 13e  réunion annuelle sur la surveillance, la préparation et la réponse aux épidémies de méningite en Afrique s’est ouverte lundi à Lomé.