La société civile ne manque pas d’idées

05/03/2013
La société civile ne manque pas d’idées

Deux organisations de la société civile, la Concertation nationale de la Société Civile (CNSC) et la Synergie des organisations de la Société civile pour des élections démocratiques ((SYCED), ont émis l’idée de modifier les règles du jeu concernant le fonctionnement de la Commission électorale nationale indépendante (Céni). A l’heure actuelle, elle est composée de représentants des partis politiques de la majorité et de l’opposition.

Ces organisations proposent d’avoir une Céni totalement dépolitisée, composée uniquement experts.

Pour Paul Amégankpo, l’un des responsables de CNSC, cette solution permettrait de mettre fin au contentieux politique. Certain partis d’opposition refusant toujours d’envoyer leurs représentants siéger.

Déçues par la classe politique, la CNSC et la SYCED ont une autre idée pour faire avancer le débat. Cette idée, c’est l’organisation d’un référendum sur toutes les grandes questions du moment, les élections, le nombre de députés, la limitation des mandats, etc…

« Si les politiques au Togo n’arrivent à s’entendre pour aller aux élections, la CNSC et la SYCED vont lancer des pétitions pour recueillir 500.000 signatures afin d’organiser un référendum », explique Roland Ahoomey de la SYCED.

Bref, donner directement la parole au peuple.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Evala : clap de fin

Culture

Les luttes traditionnelles en pas Kabyè sont presque terminées. Faure Gnassingbé a assisté samedi aux ultimes rencontres.

Vous développez un projet structurant ?

Coopération

Des représentants togolais participeront du 17 au 19 septembre à Genève à la 2e conférence internationale des jeunes francophones (CJF).

26 pays représentés au prochain sommet de Lomé

Cédéao

La Cedeao et la Ceeac tiendront sommet le 30 juillet à Lomé pour discuter terrorisme et lutte contre la radicalisation. 

C'est bien, mais peut mieux faire

Uemoa

Les Etats membres de l’UEMOA doivent renforcer leurs capacités de mobilisation des recettes fiscales.