Lassitude

20/12/2012
Lassitude

La manifestation des femmes du collectif «Sauvons le Togo» se déroulait dans le calme jeudi à Lomé avec un mot d’ordre simple: haro sur le pouvoir.

Elles étaient environ 200 à battre le pavé, habillées de rouge pour suivre les consignes de la direction, et devancées par une soixantaine de motocyclistes, dont de nombreux conducteurs de taxis-motos.

Le cortège a pu passer par le carrefour commercial de Déckon sans s’y arrêter ; le point de chute étant la plage.

Les organisateurs publieront certainement comme à chaque fois des chiffres fantaisistes sur la participation, mais la faible mobilisation observée dénote une lassitude des sympathisants.Une sérieuse alerte pour les responsables du CST qui doivent s’interroger sur la pertinence de leur démarche.

Depuis 7 mois, des partis d’opposition tentent de contester la légitimité du chef de l’Etat et de son gouvernement en organisant des manifestations dans les rues de la capitale. Les appels à un large dialogue politique lancés par les autorités ont été systématiquement rejetés par une poignée de politiciens peu enclins à participer à un débat démocratique.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

D1 : AS Togo Port prend la tête

Sport

Lors de la 14e journée de D1, disputée dimanche, Anges et Sémassi ont fait match nul (0-0).

Travail remarquable

Coopération

Implantée dans une cinquantaine de pays, dont le Togo, PLAN est une organisation non gouvernementale de solidarité internationale qui agit pour donner aux enfants et aux jeunes les plus marginalisés les moyens de construire leur avenir.

SCAPE : lever certains obstacles

Développement

La SCAPE, Stratégie de croissance accélérée et de promotion de l’emploi, est la feuille de route que s’est donné le gouvernement pour assurer le développement économique du pays. Elle nécessite d’importants moyens et le concours actif des donateurs.

Chaude ambiance à la FTF

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) est secouée par une énième crise. L’ancien président de la Fédé, Tata Avlessi, s’oppose à son successeur, Gabriel Améyi,