Latta dit stop au racket !

28/02/2011
Latta dit stop au racket !

Le ministère de la Sécurité et de la Protection civile a depuis quelques jours un nouveau titulaire. Aux manettes de l’Autorité de l’Aviation civile togolaise pendant de longues années, c’est le colonel Dokissima Gnama Latta (photo) qui hérite d’un portefeuille sensible.
Le ministre veut mettre fin aux tracasseries policières et au racket et créer un nouveau climat de confiance entre la population et les forces de sécurité.

Republicoftogo.com : Vous venez de prendre vos fonctions. Premières impressions

Dokissima Gnama Latta : Je tiens d’abord à renouveler mes remerciements au chef de l’Etat pour la confiance qu’il m’a accordé. Je viens d’effectuer une première tournée de contact à Lomé où j’ai rencontré des hommes dynamiques, volontaires et disciplinés.
Beaucoup de choses ont été réalisées avant ma nomination. Ainsi les Sapeurs Pompiers sont dotés d’équipements neufs ; c’est également le cas pour la police et la gendarmerie. Tout sera mis en œuvre pour faciliter le travail, souvent difficile, des fonctionnaires.

Republicoftogo.com : Quelles sont vos priorités ?

Dokissima Gnama Latta : Il faut mettre l’accent sur la formation et le recyclage. Il est également important de développer des relations directes entre les chefs et leur base.
L’objectif est d’offrir une sécurité totale. Il est pour cela essentiel de créer un climat de confiance entre la population et les forces de sécurité.
Pour y parvenir, nous comptons mettre fin aux tracasseries policières inutiles et au racket ; bref, il s’agit de dispositions que doit respecter tout Etat de droit.
Nous n’avons pas le droit à l’échec ; nous voulons des résultats rapides. C’est l’occasion d’inviter la population à adhérer à cette vision en aidant les agents de sécurité à faire leur boulot sur le terrain.

Republicoftogo.com : Changer les choses coûte cher. Il faut trouver des moyens supplémentaires

Dokissima Gnama Latta : Effectivement et nous allons solliciter le concours de nos partenaires. Aujourd’hui nous assurons la sécurité de la ville de Lomé par les opérations « araignée » et « entonnoir », mais il faut penser aussi à une police de proximité. Tout cela nous allons l’élaborer et le soumettre aux bailleurs.
Republicoftogo.com : Les effectifs sont-ils suffisants pour assurer une réelle sécurité ?
Dokissima Gnama Latta : Je ne voudrais pas mettre la charrue avant les bœufs. Pour l’instant je n’ai fait qu’une petite tournée à Lomé. Je compte la poursuivre à l’intérieur du pays. Une fois que j’aurai bouclé tout cela, il sera possible de vous répondre.
Ce qui m’importe pour l’instant, c’est de définir les priorités et d’élaborer une stratégie qui puisse donner des résultats sur le terrain.

Republicoftogo.com : Vous évoquiez à l’instant la lutte contre le racket. Certains policiers arrondissent leurs fins de mois pour compléter un salaire assez maigre. Envisagez-vous une augmentation des traitements ?

Dokissima Gnama Latta : Le racket n’est pas spécifique au Togo. S’agissant de la rémunération des policiers et des gendarmes, à l’étude. Mais dès à présent, ils doivent mettre un terme à ces mauvais comportements.

Republicoftogo.com : Votre ministère a également en charge la protection civile. Les inondations sont un phénomène récurrent au Togo

Dokissima Gnama Latta : Nous devons anticiper en envisageant l’aménagement de structures d’accueil pour d’éventuels sinistrés. Il y a également la sensibilisation qui est très importante. Il faut expliquer à la population qu’il ne faut pas construire de maisons en zones inondables
Enfin, ma mission consiste aussi à protéger les automobilistes et les motocyclistes. Je les invite à respecter le Code de la route, à boucler leur ceinture de sécurité et à porter un casque. Leur vie en dépend.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Police citoyenne

Coopération

Les bonnes pratiques en matière policière mettent du temps à s’acquérir. L'UE assiste les fonctionnaires leur permettant de bénéficier d'une formation continue.

Corridor à risques pour les enfants

Coopération

L'UE veut protéger les enfants migrants le long du corridor Abidjan-Lagos. Le Togo est directement concerné. 

L'humain au coeur de l'action

Développement

Depuis près de 40 ans, le Togolais Julien Nyuiadzi consacre son énergie au développement agricole de son pays en plaçant l’humain au cœur de ses actions. 

Libération de sept des huit étudiants de l'UL

Justice

La justice a ordonné lundi soir la libération de sept des huit étudiants détenus depuis la semaine dernière à la suite de manifestations sur le campus de l'université de Lomé.