Lawson et le gouvernement de salut public

15/06/2010
Lawson et le gouvernement de salut public

Nicolas Lawson (photo), le président du Parti du renouveau et de la rédemption (PRR, opposition), dont le poids politique est minime, a prôné mardi une réconciliation entre Gilchrist Olympio et Jean-Pierre Fabre.
« Si jamais Gilchrist Olympio n’arrive pas à s’entendre avec Jean-Pierre Fabre, alors ce qu’il a promis est voué à l’échec. Si vous aimez le Togo, vous ne pouvez pas souhaitez le déchirement entre Olympio et Fabre. Il faut qu’ils arrivent à un compromis pour s’atteler au développement de ce pays », a-t-il expliqué.
Pour M. Lawson, les réformes constitutionnelles et institutionnelles ne pourront se faire qu’à la condition qu’il y ait un compromis politique au Togo.
« Gilchrist Olympio, Jean-Pierre Fabre et Faure Gnassingbé doivent arriver à un compromis politique pour qu’il ait un gouvernement de salut public. Ce qui est fait jusque là, c’est une étape qui a été franchie. Il faut qu’il y ait un accord plus large entre M. Olympio, M. Fabre et Faure Gnassingbé et peut-être avec d’autres pour avoir un gouvernement qui soit digne du Togo et faire en sorte que les togolais arrivent à résoudre le problème de chômage et de la pauvreté », a encore déclaré le leader du PRR.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

La mode africaine en vedette à Denver

Culture

The African Fashion Show aura lieu ce dimanche à Denver (Colorado). Six designers africains sont attendus parmi lesquels un Togolais.

Police citoyenne

Coopération

Les bonnes pratiques en matière policière mettent du temps à s’acquérir. L'UE assiste les fonctionnaires leur permettant de bénéficier d'une formation continue.

Vision sociale

Développement

Le succès de la politique gouvernementale passe par les programmes sociaux. Le PUDC en est un.

Faire face avec détermination aux défis sécuritaires

Cédéao

Mohamed Ibn Chambas, le représentant spécial des Nations unies pour l'Afrique de l'Ouest , a été reçu jeudi par Faure Gnassingbé.