Le « Nid » espère ratisser large

07/10/2008
Le « Nid » espère ratisser large

Considéré comme l'un des petits poucets de la scène politique, "Le Nid" affûte ses armes dans la perspective de la présidentielle de 2010. Ayant pris part aux législatives d'octobre 2007, cette formation politique qui se déclare « social démocrate » compte, une fois encore, se mesurer aux plus forts, RPT, UFC, CAR, etc…

Le parti a tenu il y a quelques jours un Conseil national au cours duquel son président, Gabriel Sassouvi Dosseh-Anyron, a reconnu que des progrès étaient encore à accomplir pour structurer la formation."Nous n'avons pas atteint les résultats escomptés à l'issue des dernières législatives. Nous avons procédé à une évaluation dans toutes les fédérations et sections qui nous a s permis de déceler des dysfonctionnements au niveau des structures. Nous avons ensuite procéder à une révision de nos textes et une restructuration du parti en le décentralisant le plus possible, afin d'être à l'écoute de la masse"», a expliqué M. Dosseh-Anyron

Créé en 2006, "Le Nid" incarne, selon ses fondateurs, une "force politique qui conçoit le changement non pas comme un évènement, mais plutôt comme un processus dont la première étape reste la réalisation du +vivre ensemble+".

Des élections présidentielles auront lieu au Togo en 2010.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Intégration technologique

Tech & Web

La Cédéao veut parvenir à l’intégration, y compris pour tout ce qui concerne le secteur des télécommunications, très porteur.

Au Maroc, Agadazi explique comment le Togo combat la pauvreté

Développement

Lutter contre la pauvreté est a priorité des priorités pour le gouvernement. De nombreuses initiatives ont vu le jour.

L'AIBA veut populariser la boxe au Togo

Sport

L’International boxing association (AIBA) a lancé vendredi l’année de la boxe en Afrique destinée à promouvoir cette discipline sur le continent.

Une justice en mouvement

Justice

Une étude réalisée par Afrobaromètre révèle que dans la plupart des pays africains, des obstacles majeurs entravent encore l'accès des citoyens à la justice.