Le Togo veut monter en qualité

24/07/2011
Le Togo veut monter en qualité

Invitée dimanche du «Plateau de la semaine» sur la TVT, Bernadette Leguezim-Balouki (photo), la ministre de l’Enseignement primaire et secondaire, a affirmé que l’école allait « de mieux en mieux au Togo ». Elle a indiqué que la réforme de l’éducation, en discussion prochainement en Conseil des ministres, allait prendre le relais du système mis en place il y a 36 ans.

Le gouvernement envisage la création de trois nouvelles écoles d’instituteurs, l’élaboration d’un enseignement mieux adapté au marché du travail, la construction de salles de classe à raison de 1000 par an, l’ouverture de 2 lycées scientifiques et le recrutement de 1.200 enseignants. Pour atteindre cet objectif la part de l’éducation dans le budget national devrait être de l’ordre de 20%.

Mme Leguezim-Balouki a souligné que son ministère avait également l’ambition de développer les TIC dans les établissements du primaire et du secondaire comptant sur l’aide de l’Inde qui devrait offrir des ordinateurs aux écoles.

S’agissant du statut des établissements privées et de leur fonctionnement, la ministre les a invité à régulariser leur statut pour ceux ne disposant pas d’agréments. « Faute de quoi ils seront fermés dès la prochaine rentrée », a-t-elle prévenu.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

CAN 2017 : près d'un milliard a été levé

Sport

Le comité de mobilisation des fonds pour la participation des Eperviers à la dernière Coupe d’Afrique des Nations (CAN 2017) a publié mercredi ses comptes.

Brassage des cultures

Culture

Une ‘Caravane littéraire’ est organisée du 26 février au 4 mars. Elle se rendra dans 5 villes du Togo, du nord au sud. Un évènement culturel attendu.

La coopération multiforme du PNUD

Coopération

Une mission du PNUD (Programme des Nations Unies pour le développement), dépêchée par le siège, est arrivée en début de semaine au Togo.

Le PGICT aura sans doute une suite

Environnement

Les pouvoirs publics entendent renforcer la gestion des risques d’inondations et de dégradation des sols dans les zones rurales et urbaines.