Le corps électoral convoqué en novembre

28/06/2018
Le corps électoral convoqué en novembre

Les présidents de Guinée et du Togo mercredi à Lomé

Le gouvernement a pris acte des conclusions de la rencontre entre les facilitateurs mandatés par la Cedeao et la classe politique.

Les présidents du Ghana et de Guinée ont appelé à l’organisation des élections législatives ‘au plus tard’ en novembre de cette année. Le mandat des députés arrive à son terme au mois d’août.

L’Assemblée nationale pourra continuer à travailler jusqu’au scrutin. Un décalage de 4 mois qui est possible selon la constitution.

‘L’objectif recherché est que les échéances constitutionnelles soient respectées. Pour cela, nous allons œuvrer et travailler pour que d’ici fin novembre les Togolais puissent s’exprimer dans les urnes’, a commenté Gilbert Bawara, le ministre de la Fonction publique.

Côté opposition, on ne fait pas la même lecture du communiqué publié par les médiateurs.

Selon Brigitte Adjamagbo-Johnson, la coordinatrice de la coalition, les facilitateurs se sont contentés de donner une ‘date indicative’.

‘Ca a été donné à titre indicatif pour nous amener à prendre conscience que l’on doit faire les réformes et s’entendre sur un calendrier’, a-t-elle expliqué.

Les opposants attendent de découvrir les conclusions qui seront transmises aux chefs d’Etat des pays membres de la Cedeao lors de leur sommet prévu en juillet.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Evala : clap de fin

Culture

Les luttes traditionnelles en pas Kabyè sont presque terminées. Faure Gnassingbé a assisté samedi aux ultimes rencontres.

Vous développez un projet structurant ?

Coopération

Des représentants togolais participeront du 17 au 19 septembre à Genève à la 2e conférence internationale des jeunes francophones (CJF).

26 pays représentés au prochain sommet de Lomé

Cédéao

La Cedeao et la Ceeac tiendront sommet le 30 juillet à Lomé pour discuter terrorisme et lutte contre la radicalisation. 

C'est bien, mais peut mieux faire

Uemoa

Les Etats membres de l’UEMOA doivent renforcer leurs capacités de mobilisation des recettes fiscales.