«Le dialogue est utile pour l’apaisement politique»

19/11/2012
«Le dialogue est utile pour l’apaisement politique»

Après avoir claqué la porte du dialogue vendredi dernier, l’ANC se dit prêt à revenir. C’est du moins ce qu’à laissé entendre lundi Patrick Lawson (photo), le vice-président de ce parti d’opposition.

«Si on nous appelle, nous irons au dialogue et la première question que nous poserons au gouvernement est quelle est sa proposition ou sa contre-proposition par rapport aux suggestions que nous avons faites. Notre souci est de ne plus nous engager dans un dialogue sans fin qui n’apportera rien à la classe politique et au peuple togolais. Notre souhait est, qu’après ce dialogue, les élections transparentes puissent être organisées qui donnent un vainqueur et un vaincu de façon claire », a-t-il déclaré.

Pour une fois modéré dans ses propos - on ne peut que s'en féliciter -, ce responsable politique souligne que le dialogue est utile pour l’apaisement politique. « Il est nécessaire qu’entre frères togolais on puisse discuter ».

Depuis le mois de juin, l’ANC avait rejeté les différentes offres du gouvernement pour débattre du processus électoral à venir.

 Des elections legislatives et locales doivent se dérouler au Togo prochainement.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Découvrez l’Afrique de l’Ouest en pirogue

Culture

Une exposition intitulée ‘Blue pirogue’ aura lieu du 30 juin au 30 septembre à l’hôtel Onomo de Lomé. Un voyage initiatique en Afrique de l'Ouest.

Une plateforme commune pour les peuples africains

Union Africaine

Après le vote des députés, le gouvernement a désormais les mains libres pour ratifier l’acte constitutif de l’Union africaine (UA) relatif au Parlement panafricain.

Le Togo, pays inhospitalier pour les trafiquants de drogue

Faits divers

10 tonnes de cannabis, de cocaïne et de méthamphétamine ont été détruits dimanche à Lomé par la police.

Le soutien au Togo ne s’érode pas

Coopération

Le phénomène dure depuis des décennies. Le Togo perd une partie de sa côte rongée par l’érosion.