«Le dialogue est utile pour l’apaisement politique»

19/11/2012
«Le dialogue est utile pour l’apaisement politique»

Après avoir claqué la porte du dialogue vendredi dernier, l’ANC se dit prêt à revenir. C’est du moins ce qu’à laissé entendre lundi Patrick Lawson (photo), le vice-président de ce parti d’opposition.

«Si on nous appelle, nous irons au dialogue et la première question que nous poserons au gouvernement est quelle est sa proposition ou sa contre-proposition par rapport aux suggestions que nous avons faites. Notre souci est de ne plus nous engager dans un dialogue sans fin qui n’apportera rien à la classe politique et au peuple togolais. Notre souhait est, qu’après ce dialogue, les élections transparentes puissent être organisées qui donnent un vainqueur et un vaincu de façon claire », a-t-il déclaré.

Pour une fois modéré dans ses propos - on ne peut que s'en féliciter -, ce responsable politique souligne que le dialogue est utile pour l’apaisement politique. « Il est nécessaire qu’entre frères togolais on puisse discuter ».

Depuis le mois de juin, l’ANC avait rejeté les différentes offres du gouvernement pour débattre du processus électoral à venir.

 Des elections legislatives et locales doivent se dérouler au Togo prochainement.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Région Maritime : programme d’électrification

Coopération

L'UE finance le réseau d'accès à l'eau potable dans 28 communes de la périphérie de Lomé. Elle s'attaque maintenant à l'électrification.

Une médiathèque nouvelle génération

Culture

La médiathèque de l'Institut Français du Togo ouvrira ses portes au public le 8 septembre 2015. Les nouvelles technologies au service de la culture.

Les pompiers du foot dépêchés à Lomé

Sport

Une délégation de la FIFA est arrivée à Lomé pour tenter de mettre un peu d’ordre dans les affaires de la Fédération togolaise de football (FTF).

Applications innovantes pour mobinautes togolais

Tech & Web

L’Afrique est de plus en plus accro aux applis. Une majorité d’Africains disposant d’un smartphone ressent le besoin de se connecter au Web plusieurs fois par jour.