Le dialogue, moteur de l’exigence démocratique

11/09/2012
Le dialogue, moteur de l’exigence démocratique

«Nous restons convaincus des vertus du dialogue qui tôt ou tard, finira par s’imposer à tous», écrit mardi Francis Ekon (photo), le président de la Convergence patriotique panafricaine (CPP) dans la tribune qui suit.

Pour M. Ekon, ce dialogue est un moteur de l’exigence démocratique.

L’incontournable dialogue

A nouveau, notre pays se trouve à un moment crucial de son histoire politique. Une nouvelle étape se présente afin de mesurer la détermination,  du moins la volonté des acteurs politiques à chercher une solution durable à la situation d’incompréhensions qui bouscule la vie quotidienne des Togolaises et des Togolais.

Face à une scène politique en clair-obscur, le destin de notre pays semble se jouer entre le refus du dialogue et l’invitation au dialogue : un jeu d’accordéon qui obère et retarde les efforts pour la réconciliation nationale et le développement de notre cher pays.

Malheureusement, l’instauration de la démocratie, le fonctionnement régulier des institutions, la croissance économique en souffrent et les populations vulnérables en payent le prix cher.

Les populations sont confuses devant ce choix qui enferme dans le passé, répète les mêmes erreurs, et rate de donner de nouvelles chances à notre pays.

L’argument brandi par certains pour s’éclipser devant le dialogue est le nombre pléthorique déjà enregistré ; d’autres par contre considèrent que c’est très relatif.

A la CPP, nous restons convaincus des vertus du dialogue qui tôt ou tard, finit par s’imposer à tous.

Pour une démocratie apaisée, la CPP rappelle que la solution au problème togolais exige des acteurs politiques d’avoir une vision globale intégrant des facteurs aussi importants que la réconciliation nationale, une justice sociale, la lutte pour une justice juste, une meilleure répartition des ressources nationales, la lutte contre l’impunité qui ne  peuvent se passer du dialogue.

Ces facteurs sont les seuls à même d’éviter la déliquescence du pacte social. Eux seuls doivent nous amener à rompre avec conviction passéiste qui confond la recherche de compromis avec la compromission.

Si la démocratie est un système politique perfectible, l’essentiel pour les acteurs politiques n’est de donner sens au dialogue afin de pouvoir augmenter les chances de réussite de leurs revendications ?

De bien faire comprendre le bien-fondé de leurs actions et de négocier de la manière la plus convaincante possible ?

Ne perdons pas de vue que le dialogue est aussi un moteur de l’exigence démocratique. Un moyen devant développer le sens de la concertation et l’esprit des échanges.
 Le déficit de dialogue qui nous conduit à des positions désespérées comme l’appel à l’insurrection est toujours source d’incompréhensions.

Pourquoi ne pas faire confiance au dialogue, s’il demeure actuellement le plus sûr moyen d’offrir au Togo de nouvelles chances ?
 Pour donner un sens à ce nouveau dialogue, ne serait-il pas souhaitable de faire un bilan exhaustif 

-des conclusions et recommandations des différents dialogues sur les cinq dernières années, celles qui ont été mises en application, celles qui ne l’ont pas été, ainsi que les points en suspens qui restent à discuter ?

En tout cas, le moment ne serait-il pas venu de réexaminer courageusement le chemin parcouru ?

Francis EKON

Président de la CPP

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Liberté, modernité, efficacité

Justice

Le secteur de la justice est en phase d'évolution et de modernisation. Un audit donne des pistes pour davantage d'efficacité. 

Mango et Dapaong bénéficient d'un appui de l'UE

Coopération

L'UE va consacrer plus de 300 millions à la réhabilitation du réseau d’eau potable à Mango et Dapaong.

Klassou lance la riposte

Santé

Le Premier ministre, Komi Selom Klassou, a reçu jeudi Christian Maoula, le directeur d’ONUSIDA pour le Togo.

Analyse qualitative

Santé

Cofinancé par la Fondation Mérieux et l’AFD, le nouveau laboratoire central a été inauguré jeudi à Lomé.