Le gouvernement n'est pas sourd aux revendications des fonctionnaires

11/04/2013
Le gouvernement n'est pas sourd aux revendications des fonctionnaires

Le ministre du Travail, Yacoubou Hamadou, a dénoncé jeudi les déclarations de ceux qui font croire que le gouvernement est opposé à tout dialogue avec les syndicats de fonctionnaires.

«Il est faux de dire qu’un gouvernement est sourd aux revendications lorsqu’il fait adopter un texte de loi un dimanche », a déclaré le ministre en référence au vote par les députés, en début d’année, du nouveau statut de la fonction publique.

« Je peux vous assurer que le gouvernement est toujours disposé à discuter avec les centrales syndicales et notre objectif est que nous puissions améliorer les conditions de vie de nos concitoyens », a ajouté Hamadou Yacoubou.

Une grève de 72h a été déclenchée par la Synergie des travailleurs du Togo (STT). Les 6 grandes centrales syndicales du Togo ne se sont pas associées à ce mouvement. La STT exige du gouvernement une négociation en tête à tête alors que les autorités souhaitent associer l’ensemble des syndicats compte tenu de l’importance des questions concernant l’amélioration des conditions de travail des fonctionnaires.

Photo : des élèves parfois très jeunes « manifestent » jeudi à Lomé

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

La FTF assure

Sport

Nouvelle saison. Le championnat de première division débute le 23 septembre avec 7 rencontres à l’affiche.

Les nouvelles tendances du tourisme mondial

Tourisme

Comme chaque année, le Togo sera présent au Salon IFTM Top Resa qui se déroule du 25 au 28 septembre à Paris.

Il est important de savoir d’où l’on vient

Diaspora

Diplômé de l’Ecole de diplomatie et de relations internationales de l’université Seton Hall,  Erick Agbleke vient de passer son été comme stagiaire à l’ambassade américaine à Lomé.

Aného : une nouvelle vie pour la ville tricentenaire ?

Culture

Dans une thèse de doctorat présentée récemment, un étudiant togolais propose d'injecter 700 millions dans la réhabilitation culturelle d'Aného.