Le gouvernement s’exprimera le moment venu

04/06/2014
Le gouvernement s’exprimera le moment venu

Gilbert Bawara

Gilbert Bawara, le ministre de l’Administration territoriale, a précisé mercredi que le gouvernement ne ferait aucun commentaire sur les concertations politiques qui se sont achevées hier.

‘Le gouvernement a toujours été clair sur son rôle d’observateur. Il n’a pas été impliqué dans les discussions’, a-t-il déclaré.

Aucune réaction officielle n’est donc à attendre, mais les autorités se prononceront le moment venu sur les réformes.

Le rapport final des pourparlers entre majorité et opposition parlementaire sera transmis au Premier Ministre Séléagodji Ahoomey-Zunu dans les jours qui viennent.

Certains partis de l’opposition n’ont pas voulu y apposer leur signature estimant qu’un consensus sur les 12 points à l’ordre du jour n’avait pas été atteint.

L’ANC ou l’ADDI tentent d’obtenir une limitation du mandat présidentiel à deux termes de 5 ans avec rétroactivité immédiate. Une tentative pour empêcher une éventuelle candidature du président Faure Gnassingbé en 2015.

Ce principe de rétroactivité ne peut s’appliquer à des lois fondamentales. Il s’agit d’une norme internationale et pas seulement togolaise.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Promouvoir la disponibilité de la fibre en accès libre

Tech & Web

Au moment où les autorités togolaises mettent le paquet pour développer la fibre, des experts internationaux douchent les ambitions du pays.

Lutte régionale contre le banditisme et le terrorisme

Coopération

Plus de 200 individus soupçonnés de banditisme et d’activités terroristes ont été arrêtées lors d'une opération de sécurité régionale.

La monnaie unique est sur les rails

Cédéao

Jean-Claude Brou, le nouveau président de la Commission de la Cédéao, a présenté devant les membres du Parlement de l’organisation son plan stratégique.

Prochaine mise en œuvre du WACA

Environnement

La Banque mondiale a annoncé en avril dernier une aide de plus de 50 millions de dollars sous forme de prêt et de don pour aider le Togo à lutter contre l’érosion côtière.