Le gouvernement s’exprimera le moment venu

04/06/2014
Le gouvernement s’exprimera le moment venu

Gilbert Bawara

Gilbert Bawara, le ministre de l’Administration territoriale, a précisé mercredi que le gouvernement ne ferait aucun commentaire sur les concertations politiques qui se sont achevées hier.

‘Le gouvernement a toujours été clair sur son rôle d’observateur. Il n’a pas été impliqué dans les discussions’, a-t-il déclaré.

Aucune réaction officielle n’est donc à attendre, mais les autorités se prononceront le moment venu sur les réformes.

Le rapport final des pourparlers entre majorité et opposition parlementaire sera transmis au Premier Ministre Séléagodji Ahoomey-Zunu dans les jours qui viennent.

Certains partis de l’opposition n’ont pas voulu y apposer leur signature estimant qu’un consensus sur les 12 points à l’ordre du jour n’avait pas été atteint.

L’ANC ou l’ADDI tentent d’obtenir une limitation du mandat présidentiel à deux termes de 5 ans avec rétroactivité immédiate. Une tentative pour empêcher une éventuelle candidature du président Faure Gnassingbé en 2015.

Ce principe de rétroactivité ne peut s’appliquer à des lois fondamentales. Il s’agit d’une norme internationale et pas seulement togolaise.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.

Une politique qui coule de source

Développement

Une eau de bonne qualité est essentielle au développement économique et humain. Les autorités s'emploient à la fournir. Le taux de couverture est en hausse.

La Banque mondiale met le paquet

Développement

La Banque Mondiale (BM) vient d’approuver de nouveaux financements en faveur du Togo. Et pas des moindres puisqu’il s’agit de 44 millions de dollars.